L’aviation en Afrique : Sécurité, compétitivité et infrastructures, maîtres mots de ses objectifs

0

Tunisie-Tribune (L’aviation en Afrique) – – L’Association du transport aérien international (IATA) a exhorté les gouvernements africains à maximiser le pouvoir social et économique positif de l’aviation en œuvrant de concert pour promouvoir une connectivité aérienne sûre, durable et efficace.

Alexandre de Juniac : « L’aviation africaine génère une activité économique de 55,8 milliards de dollars et crée 6,2 millions d’emplois »

« Pour que l’aviation soit un facteur de prospérité encore plus grand sur le continent, nous devons travailler en étroite collaboration avec les gouvernements », a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA, lors de la 50ème assemblée générale annuelle de l’African Airline Association. (AFRAA) au Maroc.

Sécurité 

La sécurité a été mise en avant comme un exemple positif de progrès grâce à la collaboration. «L’Afrique n’a subi aucune perte de coque de son avion depuis deux ans et, depuis deux ans, elle n’a pas fait de victimes sur tous les types d’aéronefs, il est clair que des progrès sont accomplis. Mais il reste encore beaucoup à faire. Nous exhortons les gouvernements à reconnaître l’audit de la sécurité opérationnelle (IOSA) de l’IATA dans leurs programmes de supervision de la sécurité. Avec les transporteurs IOSA performants trois fois plus performants que les compagnies aériennes ne figurant pas sur le registre IOSA, nous avons un argument convaincant. De même, les États doivent faire en sorte que les normes et pratiques recommandées de l’OACI (SARPS) soient davantage adoptées », a déclaré de Juniac.

Seuls 24 États africains respectent au moins 60% des SARPS de l’OACI. 

«Cela ne suffit pas», a déclaré de Juniac, qui a encouragé les États à faire des normes de sécurité mondiales une priorité absolue.

Coopération plus étroite avec les gouvernements

L’IATA a appelé à un programme d’aviation axé sur:

  • L’amélioration de la compétitivité,
  • développer des infrastructures efficaces,
  • moderniser le cadre réglementaire en mettant l’accent sur les normes et la connectivité mondiales; et
  • assurer un personnel bien formé et diversifié.

Compétitivité

  • Les compagnies aériennes africaines perdent en moyenne 1,55 USD pour chaque passager transporté.

La mise en place de structures de coûts compétitives permettant la croissance et la réduction des fonds bloqués est essentielle pour améliorer la compétitivité de l’aviation africaine.

«L’Afrique est un pays coûteux pour les compagnies aériennes. Les exemples ne manquent pas pour illustrer le lourd fardeau que les gouvernements extraient de l’aviation. Les coûts de carburéacteur sont 35% plus élevés que dans le reste du monde. Les redevances d’utilisation, exprimées en pourcentage des coûts d’exploitation des compagnies aériennes, représentent le double de la moyenne du secteur. Et les taxes et les frais sont parmi les plus élevés au monde. De plus, 670 millions de dollars de fonds de compagnies aériennes sont bloqués. Trop de gouvernements africains considèrent l’aviation comme un luxe plutôt que comme une nécessité. Nous devons changer cette perception », a déclaré de Juniac.

Infrastructure

«En Afrique, nous avons des problèmes d’infrastructure à deux extrêmes. Dans certains cas, il est trop bâti et coûteux. Dans d’autres cas, il est déficient et ne peut pas répondre à la demande. Le dialogue entre l’industrie et le gouvernement est essentiel pour s’assurer que la capacité est suffisante pour répondre à la demande, que les normes de qualité technique et commerciale des compagnies aériennes sont respectées et que l’infrastructure est abordable. Ce faisant, nous créerons une plate-forme sur laquelle les avantages économiques et sociaux de l’aviation pourront être maximisés », a déclaré de Juniac.

Règlement harmonisé 

L’IATA a exprimé son ferme soutien à l’initiative du marché unique du transport aérien en Afrique (SAATM). «La faible densité du réseau intra-continental africain rend impossible la concrétisation des avantages potentiels d’une économie africaine connectée. Le SAATM – s’il est mis en œuvre – donne à l’Afrique le potentiel de transformation économique. L’histoire a montré que l’ouverture des marchés entraînait des progrès rapides en matière de connectivité », a déclaré de Juniac.

À ce jour, 27 gouvernements africains se sont engagés en faveur de la SAATM et l’IATA encourage les 28 autres États membres de l’Union africaine à se joindre rapidement à l’équipe pour profiter des avantages potentiels d’une économie africaine connectée.
Main-d’œuvre durable et respectueuse du genre

Soutenir la croissance projetée de l’aviation en Afrique – un quadruplement du nombre de passagers au cours des deux prochaines décennies – nécessitera une main-d’œuvre accrue. De Juniac a appelé les gouvernements à élaborer des politiques visant à renforcer leur réserve de formation afin de soutenir la croissance et de faire appel au pouvoir des femmes pour contribuer à remédier à la pénurie croissante de compétences dans la région.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here