Plainte contre Chahed : La justice militaire ouvre une enquête

0

Tunisie-Tribune ( Plainte contre Chahed ) – Le Procureur général de la direction de la justice militaire a indiqué, mardi 27 novembre 2018, que le procureur de la République près le tribunal militaire permanent de première instance de Tunis, a ordonné l’ouverture d’une enquête préliminaire après la plainte déposée par l’un des avocats le secrétaire général de Nidaa Tounes, Slim Riahi.

Dans cette plainte, Slim Riahi accuse le chef du gouvernement et le directeur général de la garde présidentielle de ‘’complot contre la sécurité intérieure de l’Etat’’.

Dans un communiqué du Procureur général de la direction de la justice militaire, il est indiqué que l’enquête préliminaire concerne l’examen des accusations conformément aux dispositions de l’article 31 du Code de procédure pénale.

Ledit article dispose que « le Procureur de la République, en présence d’une plainte insuffisamment motivée ou insuffisamment justifiée, peut requérir du juge d’instruction qu’il soit provisoirement informé contre inconnu et ce, jusqu’au moment où peuvent intervenir des inculpations ou s’il y a lieu, de nouvelles réquisitions contre personne dénommée« .

Le Procureur général de la direction de la justice militaire a ajouté qu’il sera procédé à « la vérification de la véracité de ces allégations« , affirmant que « la justice militaire est indépendante et neutre et se tient à égale distance de toutes les parties« .

Le Procureur général de la justice militaire appelle « à tenir l’institution judiciaire militaire à l’écart des tiraillements et surenchères politiques » et insiste sur la nécessité « d’éviter un traitement médiatique de l’affaire en respect de la confidentialité de l’enquête et pour éviter de perturber ou d’influencer le déroulement de l’enquête« .

‘’L’opinion publique sera informée de l’affaire une fois l’enquête est finalisée par le juge d’instruction’’, affirme la même source.

Slim Riahi a déposé vendredi dernier une plainte contre le chef du gouvernement et ses collaborateurs, l’accusant de ‘’planifier un complot et d’entamer son exécution’’.

Réagissant à cette plainte, le chef du gouvernement a indiqué samedi dernier à l’ouverture des débats budgétaires au parlement ‘’il est évident que les gouvernements forts d’une légitimité parlementaire claire ne fomentent pas de complots’’. ‘’Pourquoi un gouvernement qui bénéficie de larges prérogatives envisagerait-il un complot?’’, avait-il dit.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here