Home / ACTUS / A LA UNE / Hommage à Sotigui Kouyaté à la cinémathèque tunisienne

Hommage à Sotigui Kouyaté à la cinémathèque tunisienne

Tunisie-Tribune (Sotigui Kouyaté) – « Je suis ghanéen d’origine, malien de naissance et burkinabais d’adoption. Je n’ai étudié le théâtre dans aucune école sinon celle de la rue et de la vie ». Sotigui Kouyaté, l’une des figures les plus emblématiques du théâtre et du cinéma africains n’a jamais  cessé de répéter cette phrase qui en dit long sur son engagement en tant qu’intellectuel et artiste et son combat pour la promotion de la culture et du cinéma malien et burkinabais. Sotigui Kouyaté est une icône africaine dont l’œuvre a dépassé les frontières de l’Afrique pour s’imposer en tant que symbole d’un renouveau culturel qui puise ses racines dans une authenticité qui lui est chère. Et c’est en signe de révérence à cet illustre cinéaste et comédien que la cinémathèque tunisienne lui a réservé mardi 27 mars 2018 à la cité de la culture un hommage combien même mérité en présence de ses enfants Mabo et Yagaré Kouyaté, de l’ambassadeur du Burkina Faso et de la France et d’un grand nombre de cinéphiles. Mabo et Yagaré Kouyaté n’ont pas pu retenir leur émotion au point de laisser couler des larmes surtout que leur père  qui a quitté ce monde en 2010 leur a légué un patrimoine chargé d’altérité et d’humanisme sans limite. Le parcours de Sotigui est pour le moins atypique. Il a commencé sa vie en tant que footballeur avant de travailler comme enseignant pour fonder en 1966 sa propre troupe de théâtre populaire et se lancer ensuite dans une carrière professionnelle dans le théâtre et le cinéma.

Après sa participation à plusieurs  films burkinabais, réalisé par Mustapha Diop, il participeen 1986 à « Black Mic Mac », une comédie française du  français Thomas Gilou. Il est également l’acteur préféré de Peter Brooke, qui l’a choisi pour plusieurs de ses pièces, dont  « Mahabarata », « The Storm », « L’homme qui pensait que sa femme était un chapeau » « Antigone », « Hamlet » …

Il a également participé à de nombreux  films internationaux, à l’instar de « London River » du réalisateur algérien Rachid Bouchareb, lauréat du SilverBear au Festival de Berlin en 2009, « LittleSénégal » de Rachid Bouchareb. Ces deux films sont au programme de   la cinémathèque tunisienne dans la section hommage au grand acteur « SotiguiKouyati », honoré également par la Journée internationale du théâtre.

Check Also

Tunis Open 2018 (finale) : L’Argentin Guido Andreozzi a battu l’Espagnol Daniel Gimeno-Traver par abandon au 2e Set

Tunisie-Tribune (Tunis Open 2018) - Le rideau vient de tomber sur le 14e Tunis Open, ce tournoi international qui fait la fierté du Tennis Club de Tunis et ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.