mercredi 26 avril 2017
Home / ACTUS / A LA UNE / Présidentielle française 2017 : une compétition à quatre, plus serrée que jamais

Présidentielle française 2017 : une compétition à quatre, plus serrée que jamais

  • A dix jours du premier tour de la Présidentielle française, et selon un sondage de  l'institut Elabe pour "Les Echos", Emmanuel Macron est toujours légèrement en tête des intentions de vote.

  • Emmanuel Macron devance Marine Le Pen (en baisse) qui est talonnée à son tour par François Fillon et rattrapés par Jean Luc Mélenchon.

  • Au second tour, Macron, le candidat d’En marche est donné gagnant dans tous les cas de figure. Marine Le Pen se heurte, elle, systématiquement au plafond de verre.

  • Les indécis peuvent faire la différence

Tunisie-Tribune (Présidentielle française 2017) Plus on avance et plus les courbes se resserrent. A seulement dix jours du premier tour de l'élection présidentielle, l'incertitude n'a jamais été aussi grande. Dans le sondage réalisé par l'institut Elabe pour « Les Echos » et Radio classique, les quatre premiers candidats sont, désormais, dans un mouchoir de poche, une fourchette de cinq points : Emmanuel Macron conserve la tête, avec 23,5 % des intentions de vote (+0,5 point par rapport à l'enquête Elabe des 9 et 10 avril), devant Marine Le Pen, à 22,5 % (-1), mais ils sont talonnés par François Fillon, qui regagne 1 point à 20 %, et surtout par Jean-Luc Mélenchon, dont la dynamique se confirme à 18,5 % des intentions de vote, en hausse de 1,5 point.

Des indécis qui peuvent faire la bascule

C'est, à dix jours du premier tour, l'aspect le plus inédit de cette élection présidentielle : les quatre premiers candidats sont désormais dans un mouchoir de poche, avec 5 points d'écart entre le premier d'entre eux, Emmanuel Macron (23,5 %) et le quatrième, Jean-Luc Mélenchon (18,5 %) : on est dans la marge d'erreur, ce qui signifie que d'ici au 23 avril, les lignes peuvent encore bouger. Marine Le Pen conserve la deuxième position, à 22,5 %, et François Fillon, la troisième place du podium, à 20 %.

Le potentiel de participation est en revanche en ligne avec celui de 2012 ou de 2007, avec, à dix jours du scrutin, 63 % des répondants déclarant être « tout à fait certains » d'aller voter et 14 % « quasi-certains ». Soit une participation qui pourrait frôler les 80 %. De même, le niveau des indécis est « de manière globale assez comparable à ceux de 2007 et de 2012 », relève Yves-Marie Cann, directeur des études politiques d'Elabe, avec, aujourd'hui, une moyenne de 30 % des électeurs déclarant pouvoir encore changer de choix. Ce qui est en revanche « inédit », souligne-t-il, c'est la structure de ces indécis, extrêmement nombreux à gauche et en particulier chez Benoît Hamon (44 %). Or, avec des courbes qui se resserrent pour les quatre premiers candidats, le vote de ces indécis pourrait être décisif quant à l'ordre d'arrivée et donc la qualification – ou pas – au second tour.

Macron toujours favori, un socle électoral consolidé

Avec 23,5 % des intentions de vote, en hausse de 0,5 point, le candidat d'En marche demeure le favori de l'élection présidentielle et semble avoir enrayé la baisse qu'il avait entamée il y a trois semaines, après avoir atteint un plus haut le 21 mars à 26 % des intentions de vote. Surtout, Emmanuel Macron qui, il y a encore trois à quatre semaines, ne comptait que 45 % d'électeurs sûrs de leur choix, a vu depuis son socle électoral se consolider puisqu'ils sont aujourd'hui 68 % à se dire « sûrs de leur choix ». C'est proche de la moyenne des candidats (70 %).

 

 

 

 

 

Check Also

TENNIS – Open de Barcelone : Malek Jaziri chute d’entrée !

Tunisie-Tribune (TENNIS) - Malek Jaziri n’a pu franchir le cap du 1er tour de l’open de Barcelone, en se faisant battre par l’Espagnol Marcel Granollers 65e ATP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.