Afrique du Sud : au moins 10 morts dans des violences xénophobes

0

Tunisie-Tribune (violences xénophobes ) –  Au moins 10 personnes, dont un ressortissant étranger, ont été tuées dans les violences xénophobes cette semaine en Afrique du Sud, a annoncé jeudi le président sud-africain Cyril Ramaphosa, au moment où s’apaisent les tensions avec le Nigeria qui s’est engagé à coopérer avec Pretoria.

L’Afrique du Sud, première puissance industrielle du continent, attire des millions d’immigrés africains à la recherche d’une vie meilleure. Mais le pays se débat avec un fort taux de chômage (29%) et d’énormes disparités sociales et économiques, qui alimentent régulièrement un sentiment xénophobe dans la nation « arc-en-ciel » rêvée par l’ancien président Nelson Mandela.

Signe de la gravité de la situation, Cyril Ramaphosa a pris la parole jeudi soir dans une intervention radiotélévisée à la nation. « Nous savons qu’au moins 10 personnes ont été tuées dans ces violences, une d’entre elles est étrangère », a-t-il déclaré, sans préciser la nationalité.

Ce sont les pires émeutes xénophobes en Afrique du Sud depuis 2008 quand 62 personnes avaient été tuées dans des circonstances similaires.

« Des familles ont été traumatisées. Des vies ont été détruites », a ajouté le président Ramaphosa, jugeant « injustifiables » la xénophobie.

Depuis dimanche soir, des dizaines de commerces, appartenant principalement à des étrangers, ont été vandalisés et brûlés dans la région de Johannesburg, la principale ville du pays, et dans la capitale Pretoria. Plus de 400 personnes ont été interpellées.

La situation rentrait progressivement dans l’ordre jeudi, a confirmé le chef de l’Etat. « Les violences ont fortement diminué (…). Le temps du calme est venu », a-t-il estimé.

Sur le front diplomatique, l’heure était également à l’apaisement.

Le Nigeria, théâtre de violences contre les intérêts sud-africains, en représailles aux attaques xénophobes, a annoncé sa volonté de trouver une solution, après des jours de tensions entre les deux grandes puissances économiques du continent.

« Le Nigeria ne cherche pas à exacerber les tensions », a assuré un conseiller de la présidence nigériane. « Nous allons travailler, entre frères, avec l’Afrique du Sud, pour trouver des solutions à leurs problèmes, qui sont devenus aussi les nôtres », a-t-il ajouté jeudi.

Des déclarations qui contrastent avec la veille, quand Abuja avait décidé de boycotter le Forum économique mondial Afrique, qui se tient cette semaine au Cap, la capitale parlementaire sud-africaine.

Jeudi matin, Pretoria avait annoncé la fermeture « temporaire » de ses missions diplomatiques au Nigeria, à la suite de « menaces ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here