Passivité déconcertante face aux dangers intrusifs venant de Libye ! Fléau à éradiquer avant de se retrouver submergés

0

 Tunisie-Libye – des contrebandiers transportant des marchandises non identifiées, en provenance de la Libye, ont forcé le barrage frontalier de Ras-Jedir en refusant de se conformer aux procédures du contrôle douanier et sans payer les droits de passage.

Devons-nous continuer à demeurer impuissants devant ces dangers intrusifs venant de Libye ? Marché parallèle, Armes, drogue, Jihadisme et une frontière poreuse !

Un fléau à éradiquer de toute urgence avant de se retrouver submergés et impuissants. Des décisions radicales et draconiennes s’imposent, bien au-delà de notre timide diplomatie sans cap précis.

Qu’attendons-nous pour sécuriser et rapatrier et nos compatriotes de Libye, fermer les frontières et dénombrer et répertorier les Libyens en Tunisie (il n’a pas que des familles paisibles et amies…) ?

Qu’attendons-nous pour importer (de toute urgence) entre 20 et 30 hélicoptères bien armés, munis d’infrarouge et de matériel sophistiqué pour opérer de nuit afin de mieux contrôler nos frontières ? C’est la priorité des priorités.

- Passivité déconcertante face aux dangers intrusifs venant de Libye-Fléau à éradiquer avant de se retrouver submergés-bRas-Jedir 

Seul le premier camion s’était arrêté pour les vérifications d’usage, alors que le deuxième a forcé le barrage, tout de suite suivi par la longue file de camions qui suivaient. Le nombre de ces camions est imprécis, mais on parle d’une centaine, alors que l’opération se serait déroulée autour de minuit dans la soirée du 23 au 24 février 2015.

Cela a été annoncé, sur les ondes de Mosaïque FM, dans un premier temps par le correspondant de la radio pour être confirmé par la suite par le responsable du bureau exécutif du syndicat des agents de la douane, Mohamed Ghodhbani.

Selon M. Ghodhbani un début de négociation avait eu lieu avec le premier camion, mais les autres camions ont traversé de force les portes bousculant au passage les douaniers.

Ces camions sont donc passés sans être fouillés, d’où la menace évidente qui pourrait peser sur la sûreté nationale, via la contrebande d’armes et autres logistiques pour djihadistes, ou encore des drogues.

- Passivité déconcertante face aux dangers intrusifs venant de Libye-Fléau à éradiquer avant de se retrouver submergés-cLa loi de la jungle aurait-elle sévi via un autre convoi de contrebandiers ?

De son côté, le porte-parole du ministère de la Défense Nationale, Belhassen Oueslati, a parlé d’un incident qui aurait eu lieu dans la soirée du 22 au 23 février 2015 à 21h30.

Parle-t-il du même ou d’un autre incident ? Parce qu’il a annoncé qu’il ne s’agissait que d’une cinquantaine de camions qui auraient été pris en chasse pour les unités de la garde nationale et de l’armée et qu’après inspection, les véhicules ne contenaient que des couvertures et des équipements électroniques !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here