Journées musicales de Carthage (3e session) : Ouverture sous le thème : « Aux parfums de la Tunisie profonde »

0

Tunisie-tribune (Journées musicales de Carthage) – magistrale soirée d’ouverture que celle de la troisième édition des JMC,  dont  le coup d’envoi a été donné samedi 9 avril 2016 à 21h00, au palais des congrès à Tunis par Sonia M’Barek  ministre de la Culture et de la sauvegarde du patrimoine, devant un public composé de ministres, de membres  de l’Assemblée des représentants du peuple, de diplomates, d’artistes et de journalistes et communicateurs  nationaux et étrangers.

Tout en rappelant la constance de l’approche novatrice de cette manifestation culturelle, Sonia M’Barek a insisté sur la l’importance de la culture dans la consécration des idéaux de paix, tout en soulignant le rôle de la musique en tant qu’outil de valorisation du patrimoine culturel national et vecteur d’équilibre et d’épanouissement général.

Hamdi Makhlouf, directeur des JMC a  rappelé pour sa part que cette édition s’inscrit dans le prolongement des éditions précédentes avec pour objectif stratégique, la valorisation de la création musicale nationale et sa promotion à l’échelle mondiale  à travers son intégration dans les réseaux professionnels régionaux et internationaux. Hamdi Makhlouf a fait savoir par ailleurs que l’actuelle édition propose 11 projets dans la compétition officielle, 50 spectacles représentant 40 pays, des soirées spéciales, un salon dédié aux industries de la musique, avec la participation de 500 artistes.

- Journées-musicales-de-Carthage-Ouverture-sous-le-thème-aux-parfums-de-la-Tunisie-profonde-2

Un spectacle magistral

Après la cérémonie officielle d’ouverture de cette 3ème édition des JMC, plus d’une quarantaine d’artistes, jeunes dans la plupart ont occupé  la scène  emportant le public pendant plus de deux heures dans un voyage onirique à travers une Tunisie profonde dont le portrait  ont été dessiné avec cœur et beaucoup d’inspiration. « Parfums » de Mohamed-Ali Kammounet l’Ensemble orchestral de Tunisie dirigé par Rachid Koubaa a émerveillé le public averti et fin connaisseur, avec des airs de musiques puisant sa force dans la diversité de son inspiration et dans l’authenticité de son expression.

Les chants et la poésie,  portés par deux grands maîtres du sud, en l’occurrence Jamel Arfaoui de Nafta et Moatassem Lamir de Tataouine qui ont dominé la deuxième partie de ce spectacle , ont fusionné avec une orchestration fruit d’une belle alchimie où  la musique traditionnelle, le Jazz et la musique symphonique ont été subtilement mélangés dans un brassage plus que réussi.

Parfums de Mohamed Ali Kammoun est un voyage dans les interstices et les strates culturelles d’une Tunisie à la fois réelle et rêvée par ce compositeur pianiste. C’est une lecture du palimpseste identitaire national, du nord au sud et dont l’artiste a réussi à déchiffrer les signes et les symboles et à les interpréter à coup de sonorités à la fois tendres et graves. De Sicca Veneria à Tataouine en passant par Sakiet Sidi Youssef et Nafta, l’artiste nous  livre des indices pour nous aider à trouver la clé de son univers merveilleux et profond qui n’est autre qu’une Tunisie aimée, adulée, blessée, mais toujours chantée par ses poètes à l’instar de Mohamed Ouled Sghaier qui vient de nous quitter et qui était bien présent ce soir-là à travers l’hommage qui lui a été rendu subtilement à l’ouverture. RahlouBik, Hezz Hramek, Rit Ennejma ou El GalbYrid, chantées tour à tour par les deux chantres de la musique traditionnelle de Nafta et de Tataouine, débordaient d’émotions.

- Journées-musicales-de-Carthage-Ouverture-sous-le-thème-aux-parfums-de-la-Tunisie-profonde-4

Des paroles sortant du cœur et jalousement sauvegardées par la tradition orale ont été accentuées par une musique folle, délicate et révoltée à l’instar d’un amoureux à la recherche de sa dulcinée. La dulcinée c’était la femme, et le pays rêvé, perdu, mais finalement retrouvé. Le public a bien sur applaudi, mais par conviction et par respect à ces artistes qui nous ont offert un très beau spectacle. Parmi ces artistes le designer graphiste Raouf Karrayet  la plasticienne parisienne Véronique Verstraete qui nous ont offert à leur manière une autres lecture de cette belle Tunisie, en osmose avec l’œuvre globale, à travers une animation visuelle qui a donné beaucoup de relief à ce spectacle à voir absolument

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here