Air France : grève des hôtesses et stewards (du 27 juillet au 2 août), 30.000 passagers affectés

0
  • La direction estime à 37% le pourcentage de grévistes de mercredi, contre 70% selon l'intersyndicale, qui réclame toujours un rendez-vous avec le PDG de la compagnie.

Tunisie-Tribune (grève des hôtesses et stewards d’Air France) – à l’entame de ce deuxième jour, la grève semble se poursuivre inexorablement chez Air France, et ce, à l'appel du SN PNC et de l'UNSA PNC, les deux syndicats qui représentent 45% des hôtesses et des stewards.

Aujourd'hui, jeudi 28 juillet, la mobilisation devrait se maintenir peu ou prou au même niveau à 36% (37% mercredi) selon la direction d'Air France ; à 70% selon l'intersyndicale des personnels navigants commerciaux (PNC). - Air-France-grève-des-hôtesses-et-stewards-du-27-juillet-au-2 août- 30000-passagers-affectés-6

«La participation montre que les revendications reflètent bien la demande des PNC d'Air France. Ils ne veulent pas d'un accord collectif sur dix-sept mois mais sur cinq ans», souligne Éric Faliu, délégué syndical SNPNC.

L'intersyndicale regrette «de n'avoir aucun signe de la direction» à l'exception «de messages vidéo de Frédéric Gagey, le PDG d'Air France, diffusés au personnel sur l'intranet de la compagnie alors que nous voulons le voir en face à face».

- Frédéric-Gagey-Air-France-grève-des-hôtesses-et-stewards-du-27-juillet-au-2 août- 30000-passagers-affectés-

«La porte de la direction est ouverte», a indiqué celle-ci. «Mais il faut que la position des syndicats ait évolué afin de parvenir à un compromis. S'ils reviennent sans vouloir évoluer sur rien, nous en serons au même point», ajoute la direction. Celle-ci estime «avoir évolué par rapport aux sept conditions fixées par les syndicats pour accepter de prolonger l'accord collectif actuel pour dix-sept mois».

230 vols annulés pour ce jeudi 28 juillet

En attendant, ce sont les passagers qui se retrouvent bloqués dans les aéroports ou contraints de décaler leur voyage. Ce jeudi, 30.000 d'entre eux devraient être affectés par le conflit, dont 27.000 en raison de l'annulation de leur vol. Selon nos informations, 10 vols long-courriers, 150 moyen-courriers et 70 court-courriers sont annulés. Mercredi, 20.000 passagers n'ont pas pu voyager à la suite de l'annulation de 12 vols long-courriers, 170 moyen-courriers et 80 court-courriers.

  • En moyenne, Air France opère cet été 1500 vols par jour et transporte 150.000 personnes par jour. Environ 200 cadres PNC sont mobilisés pour assurer le programme de vol et limiter l'impact de la grève.

  • C'est une grève historique par sa durée (du 27 juillet au 2 août) et son calendrier (en plein chassé-croisé des vacanciers).

  • Au cœur de ce nouveau conflit social chez Air France, le renouvellement de l'accord collectif PNC qui échoit le 31 octobre 2016.

Les hôtesses et stewards sont la seule catégorie de personnel d'Air France à voir «toute leur vie», selon l'expression d'un steward, régit par un accord global à durée déterminée. Après une séance de négociation de six heures et demie dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, les deux syndicats ont rejeté une «ultime proposition» de la direction.

- Air-France-grève-des-hôtesses-et-stewards-du-27-juillet-au-2 août- 30000-passagers-affectés-0

Pas de visibilité

Deux sujets cristallisent le refus. D'abord, la durée d'application du texte, qui doit entrer en vigueur le 1er novembre 2016 jusqu'en mars 2018. Impossible, argumente la direction d'Air France, de s'engager, comme par le passé, sur plusieurs années compte tenu d'un environnement instable sur les plans géopolitique, économique et sécuritaire.

Ensuite, un nouvel effort de productivité de 17 % demandé aux PNC afin «de réduire l'écart de compétitivité existant» avec les compagnies se comparant à Air France comme Lufthansa ou British Airways. Les syndicats veulent un texte pour cinq ans car un accord de 17 mois ne «donne pas de visibilité» sur les intentions de la direction, soupçonnée de préparer des mesures dures pour l'après-mars 2018. «La direction veut low-costiser le moyen-courrier», assure l'intersyndicale. Inacceptable également pour les PNC de devoir encore se serrer la ceinture après les «gros efforts» réalisés dans le cadre du plan Transform.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here