Face à l’hémicycle de l’ARP, Youssef Chahed prône la transparence et le retour à la valeur travail, le vote de confiance semble acquis

0

Priorités avancées lors du vote de confiance

  • Lutter contre le terrorisme reste la priorité des priorités parce qu’il n’est pas possible de construire dans l’insécurité
  • Au vu de la situation économique alarmante, la Tunisie devra adopter une politique d’austérité avec obligation de réduction des charges à tous les niveaux
  • Lutter implacablement contre la corruption et le marché parallèle
  • Retrouver la valeur travail pour améliorer la production et la Productivité tout en engageant une lutte sans merci contre les blocages des entreprises
  • Prise en charge des enfants des martyrs jusqu’à l’âge de 21 ans
  • Youssef Chahed a fini par appelle toutes les forces vives du Pays à travailler main dans la main

Tunisie-Tribune (vote de confiance de l’ARP) – le marathon de la séance plénière de l’ARP (Assemblée des Représentants du Peuple) consacrée au vote de confiance à accorder (ou pas) au gouvernement de Youssef Chahed (que certains continuent à appeler « gouvernement d’Union Nationale » dans la foulée de la proposition du Président de la République), a été entamé ce vendredi 26 août 2016, à 09h45 en présence de 178 députés (sur 217), et ce, après quelques versets du Saint Coran et l’hymne national.

Rappelons que le vote de confiance ne pourrait être accordé que tard dans la soirée avec un minimum de 109 voix « pour » que, comme l’a annoncé Mohamed Ennaceur, le président de l’ARP, que le chef du gouvernement désigné reviendra à la tribune, juste avant le vote de confiance, pour répondre aux 128 députés qui ont demandé à prendre la parole

Un langage de vérité dit avec passion semble avoir accroché la majorité des de l’auditoire

Au début du programme de cette journée si particulière, il y a eu un grand discours magistral, assez clair et basé sur la transparence, de la part de Youssef Chahed. Un discours qui a mis en valeur (dans les grandes lignes) la situation économique catastrophique du pays, tout en étayant certaines propositions fortes pour finir par un appel à l’ensemble des forces vives du Pays à travailler main dans la main afin de faire face à ces grands défis.  

Dans son discours, le chef du gouvernement désigné, Youssef Chahed a rappelé que "la Tunisie était à son 7ème gouvernement depuis la Révolution" et qu’en dépit de cela, la Tunisie n’est pas parvenue à dépasser la crise économique. « Le peuple n’accorde plus sa confiance aux politiques et à la capacité de l’État à faire bouger les lignes»

Il est impératif de se mettre debout pour que la Tunisie relève la tête

« Nous avons réussi notre transition démocratique, mais la crise économique a persisté. La production du phosphate a régressé de 60%, la productivité a également chuté dans le secteur des hydrocarbures, de l’énergie et du tourisme.

La masse salariale a doublé, mais le problème réside au fait qu’elle est accompagnée d’une régression de la production et de la productivité.

L’endettement est de 56 milliards de dinars avec un taux de 62% du PIB. Il est à préciser que c’est nous qui nous sommes adressés au FMI pour nous venir en aide, et pas l’inverse. La Tunisie devra adopter une politique d’austérité.

Alors que tout le monde est responsable de cette situation, un sentiment d’impunité persiste et qui aggrave la situation. Nous devons sortir de cette situation par nous-mêmes. Nous avons plus que jamais besoin d’union nationale ».

« En toute priorité, nous mettons la lutte contre le terrorisme et nous allons mettre en œuvre les mécanismes législatifs permettant la protection des forces sécuritaires. Et puis je m’engage à révéler la vérité des assassinats politiques, de Chokri Belaid et Mohamed Brahmi. »

« La deuxième priorité c’est la lutte contre la corruption, et nous nous engageons à mettre en place le cadre juridique adéquat qui facilitera l’action des institutions en place pour lutter contre la corruption. Et je promets que tous les membres du gouvernement vont déclarer leurs biens au bout de deux semaines ».

***En annonçant avec passion qu’il est impératif de se mettre debout pour la Tunisie avec l’obligation de sauver la Tunisie, les membres de l’Assemblée ont applaudi en se mettant. debout.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here