El-JEM : une insurrection administrative supportée par des partis politiques au pouvoir, qui se termine dans l’euphorie !!!

0
  • El-JEM serait contre la vente d’alcool licite en sachant que cela favoriserait forcément la vente incessante d’alcool au noir par les contrebandiers

Tunisie-Tribune (Vente d’alcool licite à El-Jem) – une insurrection administrative encouragée par des partis politiques au pouvoir vient de se clôturer dans l’euphorie d’une grande fête ! En effet, la coordination de plusieurs partis au pouvoir et de l’opposition a contribué à une grande kermesse sur la place principale à El Jem pour célébrer la fermeture du point de vente des boissons alcoolisées alors qu’il disposait d’un jugement du Tribunal l’autorisant à mener son activité.

Des orateurs ont pris la parole, lors de cette manifestation pour exprimer leur joie et leur triomphe tout affirmant être attachés à l’identité islamique de la ville et rejeter l’ouverture dudit point de vente car il est de nature à faire répandre la mauvaise morale dans les rangs des jeunes et à menacer la paix sociale dans la localité.

Parmi les parties participantes, on a citera, notamment, Nidaa Tounes, Ennahdha, Attayyar démocratique, AL Joumhouri et certaines associations dont les partisans de l’Imam prédicateur, Béchir Ben Hassen qui appellent, tous,  par le biais de banderoles, au retrait définitif de l’autorisation pour le point de vente en question.

  • Des protestataires qui avaient même bloqué le réseau ferroviaire de la région en causant d'importantes pertes financières

Depuis le débat de la semaine, la ville d’El Jem – gouvernorat de Mahdia – a vécu sur le rythme de plusieurs protestations (nocturnes pour la plupart) contre la réouverture d’un point de vente de boissons alcoolisées à l’entrée de la ville. Pendant quelques jours, de violentes confrontations ont eu lieu entre les forces de l’ordre et les manifestants et certains d’entre eux ont été arrêtés puis relâchés.

Les protestataires avaient de même bloqué le réseau ferroviaire de la région ce qui a causé des pertes avoisinant les 120 mille dinars. Une estimation communiquée par la Société Nationale des Chemins de Fer Tunisiens (SNCFT) par son directeur de la communication, Hassène Miaâdi.

A l’issue d’une réunion tenue au cours de la journée de mercredi dernier, des composantes de la société civile et des partis politiques d’El-Jem ont publié un communiqué appelant le gouvernement à retirer l’autorisation de la vente des boissons alcoolisées afin que la ville puisse retrouver son calme.

Le lendemain, le mouvement d’Ennahdha a publié, à son tour, un communiqué où il a estimé que la réouverture du point de vente en question représente doit être revue puisqu’elle déstabilise l’ordre public dans la ville d’El Jem.

Quelques minutes plus tard, la représentation régionale du mouvement de Nidaa Tounes à Mahdia a elle aussi publié un communiqué, consacré entièrement à l’affaire d’El Jem, où elle a exprimé son insatisfaction de la réouverture du point de vente qui a causé tous les troubles dans la ville. La représentation de Nidaa Tounes a par ailleurs expliqué qu’elle rejette ce genre de projet qui ne contribue nullement au développement de la région tout en appelant les autorités nationales et locales à intervenir sur le champ afin de fermer le magasin.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here