« Nuits Ramadanesques » de l’IFT du 13 au 20 juin : Musique cap-verdienne et stambeli à l’ouverture

0

Tunisie-Tribune (Nuits Ramadanesques) – Musique, danse, théâtre, littérature, cinéma et arts plastiques seront au menu de la deuxième édition des Nuits Ramadanesques qu'organise l’Institut français de Tunisie (IFT), dans ses jardins, du 13 au 20 juin courant.

Le programme de la manifestation démarrera par un concert en deux parties dont la première, intitulée "Cap Vert Chanta", sera interprétée par le quartet mené par Wissal Naceur, sous le forme d’un café-chantant populaire, annonce l'IFT dans sa newsletter. Wissal Naceur au chant et au violon sera accompagné par Mohamed Kachnaoui à la batterie et à la percussion, Wassim Ben Rhouma à la guitare basse et Wajdi Riahi au piano et au clavier.

Durant 30 minutes, le quartet proposera une fusion de musique cap-verdienne à travers la reprise de "Sodade" et "Angola" de Cesaria Evora et "Pays Sol", une chanson traditionnelle de Nana Matias. Il y aura également la reprise d’une pièce instrumentale traditionnelle cap-verdienne interprétée par le célèbre violoniste cap-verdien Travadinha Flor Formosa. La musique tunisienne sera représentée par du stambeli avec Nana Aicha.

La seconde partie de la soirée est intitulée "Accordéon Cht7a", un concert accordéon solo de Zouheir Gouja et des invités-surprises, qui rendra hommage aux grands maîtres compositeurs, interprètes, concepteurs de la musique maghrébine et orientale.

Durant 1h45 mn, les mélomanes auront rendez-vous avec divers genres et styles musicaux du patrimoine musical arabe, sous les sonorités de l’accordéon de Zouheir Gouja et la performance chorégraphique du danseur Mohamed Djobbi. Il y aura du "Baladi" égyptien, du "Chaabi" algérois, mais aussi du "Rboukh", "Stambeli" "Jirbi" (connu sous le nom de "tabbala") de Tunisie.

L’accordéon solo "live" sera accompagné d’enregistrements préparés en studio, dans ce travail expérimental visant à proposer un retour à la pratique des instruments anciens et la redécouverte de ces traditions musicales.

Voici le programme complet des nuits ramadanesques de l'IFT (tous les spectacles commencent à 22 h):

Mardi 13 juin (Musique)

– Cap vert Chanta du quartet mené par Wissal Naceur

– Accordéon Chant7a de Zoubeir Gouja (accordéon) et Mohamed Djobbi (Danse)

Mercredi 14 juin (Théâtre)

"Le ciel est par dessous le toit" de l’écrivain Gilbert Naccache, mise en scène de Béchir Kahouaji

Mise en scène inédite de la nouvelle "Eux" de Gilbert Naccache qui sera interprétée par Slim Naccache, Nour Zrafi, Cynda Abdeneby, Besma Eleuchi, Chawky Essady, Amira El Mufti et Ali Ben Siad.

Jeudi 15 juin (cinéma et musique)

– "Beyond The Silence", un documentaire d'Intissar Belaid qui sera diffusé en avant-première en split-screen

– "Du palmier aux étoiles" de la réalisatrice et musicienne franco-irakienne Leila Albayaty

Vendredi 16 juin (arts plastiques, Littérature et musique)

"Ces voix sur les rochers", veillée musicale et vernissage d'exposition autour des "Histoires vraies" et témoignages recueillis auprès de Tunisiens illustrés par l'artiste égyptien, Shennway, lus par François Beaune et mis en musique par Malik Ziad.

Chacun des spectateurs présents sera également invité à prendre la parole et raconter ses "histoires vraies".

Samedi 17 juin (musique)

Concert de musique Malouf Libyenne organisée par l'Institut français de Libye

Dimanche 18 juin (théâtre d'improvisation)

La troupe "Marsa'tac" et les comédiens improvisateurs de l'association de théâtre d'improvisation en langue tunisienne (ATIT) s'affronteront sur des thèmes donnés par le public et sous la direction d'un arbitre.

Lundi 19 juin (fête du cinéma)

"La vierge, les Coptes et moi", comédie documentaire franco-égyptienne

Mardi 22 juin (musique, cinéma)

"Henri Tibi, je reviendrai là-bas", un docu-concert en hommage à Henri Tibi, figure incontournable de la chanson populaire tunisienne dont l'héritage sera ressuscité par le trio de la Rumba Slim Ben Ammar, Nader Charfi et B-el Mansour.

Le personnage de Tibi sera présenté par le documentaire de Yassine Redissi.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here