Israël étudie un projet de loi visant à criminaliser la photographie et le tournage des soldats en service, la FIJ voit rouge

0
  • La Fédération internationale des journalistes (FIJ) condamne un projet de loi israélien visant à criminaliser l’enregistrement, la photographie et le tournage des soldats israéliens en service. Un acte à pénaliser par 5 ans d’emprisonnement

Tunisie-Tribune (Israël) – Le projet de loi, intitulé « Interdiction de photographier et de documenter les soldats de l’armée israélienne » , répond à un « phénomène inquiétant de documentation des soldats israéliens » depuis de nombreuses années, dit Robert Ilatov, président du parti Yisrael Beiteinu à la Knesset, le Parlement israélien, le 24 mai.

Soutenu par le ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, le projet de loi stipule que « quiconque a filmé, photographié et / ou enregistré des soldats dans l’exercice de leurs fonctions, dans le but de saper l’esprit des soldats israéliens et des résidents israéliens, à cinq ans d’emprisonnement «  En outre, « Toute personne ayant l’intention de porter atteinte à la sécurité de l’Etat sera condamnée à 10 ans d’emprisonnement ».

  • La Fédération internationale des journalistes a également soutenu les appels de son affilié, le Palestinian Journalist Syndicate (PJS), pour que le projet de loi soit abandonné.

Dans un communiqué, le PJS a fermement condamné le projet de loi israélien : « La PJS a souligné que l’introduction de cette loi coïncide avec le dépôt par la Palestine d’une plainte auprès de la Cour pénale internationale contre les crimes de guerre commis par l’occupation. Compléter les dossiers juridiques pour déposer des plaintes devant les juridictions pénales européennes et internationales pour crimes contre les journalistes, souligne que le cœur de la loi est d’induire en erreur la justice et de fournir une couverture formelle pour d’autres crimes. « 

  • La FIJ a appelé le Parlement israélien à s’opposer au projet de loi, qui pourrait nuire gravement à la liberté des médias.

« La proposition législative israélienne ne doit en aucun cas devenir une loi. Elle constitue une atteinte grave à la liberté de la presse, car elle pénalise précisément le travail des journalistes « , a déclaré le secrétaire général de la FIJ, Anthony Bellanger. « La censure ne devrait pas être inscrite dans la loi, et il est du devoir des professionnels des médias d’informer le public ».

Source : FIJ

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here