Pour préserver la santé mentale des équipages navigants, l’UE a décrèté, ce 23 juillet, de nouvelles règles et dispositions

0

Tunisie-Tribune (santé mentale des équipages navigants) – Suite au crash de Germanwings en 2015, l’Union européenne a publié de nouvelles règles, notamment des dispositions visant à améliorer la santé mentale des équipages du transport aérien mais aussi les tests de dépistage de drogues et d’alcool.

Soutien et évaluation psychologique des membres de l’équipage de conduite

Daté du 23 juillet 2018, le règlement 2018/1042 de la Commission européenne modifie le règlement (UE) no 965/2012 en ce qui concerne « les exigences techniques et les procédures administratives applicables à l’introduction de programmes de soutien, l’évaluation psychologique des membres de l’équipage de conduite, ainsi que le dépistage systématique et aléatoire de substances psychotropes en vue de garantir l’aptitude médicale des membres de l’équipage de conduite et de l’équipage de cabine ».

En clair, les navigants travaillant pour des compagnies aériennes européennes auront accès à un programme de soutien pour les aider à reconnaître, gérer et surmonter les problèmes psychologiques qui pourraient affecter négativement leur capacité à opérer en toute sécurité. Les tests de dépistage pour l’alcool et les drogues des pilotes et PNC deviennent systématiques à l’embauche, et des tests inopinés seront menés après une réadaptation et un retour au travail. Enfin des tests aléatoires de dépistage de l’alcoolémie devient obligatoire pour toutes les compagnies opérant dans l’Union européenne, qu’elles soient originaires du continent ou pas.

Le règlement sur la santé mentale des équipages aériens prévoit une période de transition de deux ans, au cours de laquelle l’industrie et les États membres peuvent préparer la mise en œuvre et mettre en place l’infrastructure nécessaire pour s’y conformer. L’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) publiera des moyens de conformité et des « éléments indicatifs acceptables (AMC / GM) » pour soutenir la mise en œuvre et l’interprétation des nouvelles règles.

Patrick Ky de l’AESA parle de bons outils pour préserver la santé mentale des équipages navigants

Le directeur exécutif de l’AESA Patrick Ky a déclaré dans un communiqué : ces nouvelles règles européennes « reprennent les propositions faites rapidement par l’agence suite à l’accident de Germanwings Flight 9525, en consultation avec la communauté aéronautique au sens large, en introduisant les bons outils pour préserver la santé mentale des équipages aériens ». Appelées Air OPS Implementation Rules, ces règles complètent les propositions émises par l’AESA en août 2016, concernant la mise à jour des exigences médicales pour les pilotes (Part-MED). Mais les tests de dépistage ont déjà provoqué des réactions négatives chez certain syndicats de pilotes, qui craignent des atteintes à la vie privée voire une augmentation de la stigmatisation des maladies mentales.

Andreas Lubitz du vol 4U9525 Barcelone-Düsseldorf

Le 24 mars 2015, Andreas Lubitz, copilote du vol 4U9525 de Germanwings entre Barcelone et Düsseldorf avec 150 personnes à bord, avait profité de l’absence momentanée du commandant de bord pour s’enfermer dans le cockpit, et engager la descente de son Airbus 320 jusqu’à le faire percuter un massif des Alpes de Haute-Provence. L’homme avait multiplié les rendez-vous avec des médecins pendant les semaines précédentes, parlant entre autres de sa peur de devenir aveugle.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here