JCC 2019 : « le Tanit d’or spécial » décerné à feu Nejib Ayed

0

Tunisie-Tribune (le Tanit d’or spécial) – La Cité de la Culture a déroulé, samedi soir, le tapis rouge pour les invités de la 30e édition des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC) 2019, session Nejib Ayed, dont la levée de rideau a eu lieu au théâtre de l’Opéra.

Organisée du 26 octobre au 02 novembre, cette édition des JCC est la seconde à avoir lieu à la Cité de la Culture dont les deux théâtres abriteront la projection de tous les films, fictions et documentaires, en compétition officielle du festival. Au line-up de cette édition 2019 des JCC, figure une sélection de 170 films dont 44 en compétition officielle dont 12 longs-métrages et 12 courts-métrages de fiction en plus de 12 longs-métrages et 8 courts documentaires).

Le Tanit d’or spécial de la 26e session des JCC a été décerné à feu Nejib Ayed. Il a été remis aux membres de sa famille qui ont exprimé leur reconnaissance pour cet hommage. Evoquant sa conception de la mort, son fils a tenu à souligné que “la mémoire est une lutte contre la mort. Tant qu’on est vivant on se souviendras certainement des gens qu’on aime pour qu’il demeurent toujours vivants…”.

Après la projection d’un spot contenant des séquences de feu Ayed, sa veuve Najet Nabli Ayed a prononcé une allocution à la mémoire de son défunt mari qui avait dirigé les JCC pour trois éditions consécutives (2017, 2018 et 2019). Elle a évoqué un Homme “profondément engagé dans l’action culturelle et cinématographique, un engagement qui émane de sa passion pour le 7e art et sa pure volonté désintéressée de le voir évoluer”. Elle a qualifié Nejib Ayed d’”un soldat au service de la Culture, de l’engagement et de la Patrie”.

Un climat de chagrin a régné sur une bonne partie de la cérémonie officielle entamée par un hommage posthume à la mémoire de Nejib Ayed, directeur des JCC, cinéphile et grand habitué des salles obscures depuis les années 70 jusqu’à sa mort subite en août dernier. Après l’hommage à Ayed, un second hommage a été rendu aussi à toutes les figures du cinéma arabe et africain récemment décédées.

La soirée, animée par l’acteur Mohamed Hafiane, a été marquée par la présence de plusieurs invités parmi les célébrités du 7e art en Tunisie, outre les membres des jurys des différentes sections de la compétition officielle.

Trois pauses musicales ont été présentées à la soirée avec Sabri Mosabha, une performance vocale et chorégraphique du Japon et une chanson du Chili, deux des quatre pays hôtes.

La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence de personnalités politiques présentes, dont Mohamed Zine Elabidine, ministre des Affaires Culturelles, des membres du gouvernement, des députés et des représentants des missions diplomatiques accréditées en Tunisie.

La soirée a pris fin par la projection, hors-compétition, du film “Les épouvantails” (138′) de Nouri Bouzid en présence du réalisteur et toute l’équipe du film, producteurs, acteurs et techniciens. La première de cette fiction produite en 2019 a été réservée à la 76e Mostra de Venise.

L’ambiance inaugurale des JCC 2019 était assez timide malgré tout l’apparat semblable aux plus grands festivals de cinéma. A l’extérieur de la Cité et dans les grandes artères de la Capitale, un large dispositif sécuritaire a été déployé sur l’avenue Mohamed V et l’avenue Habib Bourguiba qui abrite comme à chaque édition un large programme d’animation pour les JCC.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here