Accusé à tort, le parti d’Ettakatol demande à Ennahdha de lui présenter des excuses

0

Tunisie-Tribune (Etakattol) – Le parti Ettakatol a publié lundi un communiqué de clarification en réponse à ce qu’il a considéré comme de “fausses accusations” et des “attaques” sans précédent contre le parti par le mouvement Ennahdha par l’intermédiaire du président de son bloc parlementaire, Noureddine Bhiri et le président du Conseil de la Choura Abdelkrim Harouni, au sujet de l’inclusion du gouvernement Fakhfekh annoncé samedi de sept ministres du parti Etakattol.

Le parti Etakatol a affirmé que la liste du gouvernement présentée le 15 février ne comprend aucun nom pour aucun membre du parti Etakattol, ajoutant que Lobna Jribi a présenté sa démission du parti Etakatol en mai 2015, et a également rompu ses relations avec le parti et n’a participé à aucune de ses activités depuis 5 ans.

La communiqué a indiqué qu’Ettakatol , en tant que parti non représenté au Parlement, n’a pas été consulté pour la formation du gouvernement qui était limité aux partis et aux blocs qui sont au Parlement, et ne souhaitait pas participer au gouvernement dans aucun portefeuille malgré les compétences que le parti regorge.

Le communiqué mentionne également qu’Elyès Fakhfekh a informé les structures du parti le 22 janvier, du renoncement à toute responsabilité partisane de se consacrer pleinement à la formation du gouvernement dans les meilleures conditions.

Le communiqué précise que le parti a demandé au mouvement Ennahdha de corriger les fausses informations colportées par ses dirigeants et de s’excuser auprès du parti Etakattol pour les accusations et atteintes subies, d’autant plus que ces allégations affectent l’intégrité du parti et du chef du gouvernement désigné et perturbent davantage le climat politique général et ne profitent pas aux Tunisiens.

Le parti a également appelé les partis politiques et les médias à attendre et à vérifier l’authenticité des informations avant leur transmission, car les structures du parti n’ont pas été contactées pour vérifier si les candidats au postes de ministres appartenaient ou non à Ettakatol .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here