Ahmed Nejib chebbi : « Je ne vais pas commenter le discours du président Kais Saied car il ne mérite pas d’être commenté »

0

Tunisie-Tribune (kais saied) – Je ne vais pas commenter le discours du président de la république, car il ne mérite pas d’être commenté », écrit Ahemd Néjib Chebbi en réaction à l’allocution prononcée hier par Kaïs Saïed lors du Conseil de sécurité nationale, pointant « une même démarche d’incitation des Tunisiens les uns contre les autres, avec les mêmes mobiles et les mêmes finalités : le conflit des pouvoirs et des prérogatives entre les trois présidences ».

L’opposant politique considère que « la situation est beaucoup plus grave que de supporter davantage de querelles entre protagonistes que le destin a voulu qu’ils apprennent l’art de la politique, au détriment du peuple ».

Chebbi critique la communication gouvernementale autour de l’épidémie. « Le début était encourageant, des conférences de presse quotidiennes du ministre de la Santé, et des décisions prometteuses du ministre des Finances, pour venir au secours des entreprises, sauver les postes d’emploi et des sources de revenus, et venir en aide aux démunis et aux personnes à besoins spécifiques ».

Il déplore que le rideau soit tombé et que les voix se soient tues, citant « les pays outre-mer qui rivalisent à galvaniser leur peuple à travers le mot franc et sincère ».

Néjib Chebbi appelle le chef du gouvernement « à tenir des conférences de presse, avec son ministre de la Santé, pour informer avec sincérité et courage, sur l’état de propagation du virus dans le pays, l’état de nos hôpitaux, leurs équipements, et leurs besoins matériels et humains, ainsi que sur la situation de nos entreprises et ce qui doit être fait pour en éviter l’effondrement, en préservation des postes d’emploi ».

L’ancien ministre et membre de l’Assemblée nationale constituante propose que « l’Etat prenne en charge les familles démunies et vulnérables, et leur fournisse provision et nourriture pendant un mois ou deux ».

« C’est mieux que de pleurnicher sur leur sort et les inciter contre leurs compatriotes au nom des antagonismes des classes, une incitation qui ne sert que les intérêts de groupes politiques en conflit », considère-t-il.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here