BONNE NOUVELLE : la Tunisie a bien profité ce « Krach Pétrolier » (Graphique)

0

Tunisie-Tribune (Krach Pétrolier) – La chute de la demande mondiale sur fond de confinement général, la quasi-paralysie de l’appareil productif mondial et la saturation des capacités de stockage sont autant de facteurs qui expliquent ce krach pétrolier. Les pays producteurs de pétrole sont contraints de parer au plus pressé pour réduire leur production et stabiliser le marché pétrolier. Quant aux pays importateurs de pétrole dont la Tunisie qui dégage un déficit énergétique structurel doit profiter de cette nouvelle manne pétrolière et maximiser son approvisionnement en pétrole brut.

Sans parler de la chute spectaculaire du Baril de WTI enregistré le lundi noir sur la New York Mercantile Exchange en clôturant la journée à -37,63 dollars, le baril de brent sur lequel les marchés sont focalisés cédait 21,24% pour atteindre 16,07 dollars, soit le plus bas niveau historique jamais enregistré depuis 2001.

En Tunisie, les autorités sont amenées à tirer profit de l’effondrement des balance de l’énergie . Cette baisse des prix devra contribuer à la contraction du déficit énergétique et à l’atténuation du déficit de la balance commerciale. D’ailleurs et selon le bulletin de conjoncture de la BCT, le déficit de la balance de l’énergie s’est accentué pour atteindre 1.758 MDT, à fin mars 2020, soit plus que la moitié du déficit commercial globalqui a atteint la barre de 3506 MDT.

Par ailleurs, la chute des cours internationaux se traduira automatiquement par la poursuite de la tendance baissière des prix à la pompe au cours du prochain trimestre, donc à l’amélioration du pouvoir d’achat et l’atténuation des tensions inflationnistes qui guettent l’économie nationale. D’ailleurs un nouvel ajustement à la baisse des prix à la pompe est attendu au cours du mois de mai prochain.

Baisse de 5,4% de la production du pétrole brut à fin février

Les importations des produits énergétiques ont poursuivi au cours du 1er trimestre 2020, leur hausse, pour totaliser 2,3 milliards de dinars contre 2,2 milliards, un an auparavant. Selon l’Observatoire national de l’énergie, la production nationale de pétrole a atteint au cours du mois de février 2020, la barre de 273  ktep contre 289 ktep en 2019, soit une baisse de -5,4%. Face à ce déséquilibre du marché pétrolier tunisien et indépendamment de la stabilité de la demande nationale, la Tunisie devra maximiser son approvisionnement en pétrole brut et profiter pleinement de cette fourchette des prix imbattable de l’or noir. Néanmoins, la capacité de stockage de la Tunisie est très limitée. La Capacité de stockage actuelle dépasse les 80%, d’où l’impossibilité de tirer profit de cette chute spectaculaire des prix. Il faut savoir que le parc de stockage de la STIR occupe environ les deux tiers de l’aire de la raffinerie avec 60 réservoirs de différents types. La capacité globale de ce parc avoisine 1000 000 m3 dont 430 000 m3 pour le pétrole brut et 570000 pour les produits finis et semi-finis. Le ministère de l’énergie travaille actuellement sur la révision du système de raffinage du pétrole et son stockage. D’ici là, l’économie nationale aura loupé le train.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here