L’Europe autorise un deuxième vaccin contre le Covid-19 sur fond de polémique quant aux achats groupés

0

Tunisie-Tribune (vaccin contre le Covid-19)  – Le sérum du groupe américain Moderna a reçu le feu vert des autorités européennes, tandis que la controverse est vive en Allemagne au sujet du nombre de doses commandées par les Vingt-Sept.

Et de deux ! Après avoir autorisé, le 21 décembre 2020, la mise sur le marché du vaccin contre le Covid-19 développé par l’allemand BioNTech et l’américain Pfizer, l’agence européenne des médicaments (EMA) et la Commission ont donné leur feu vert à l’américain Moderna, mercredi 6 janvier. En attendant d’autres autorisations de mise sur le marché qui devraient suivre, ce sont donc désormais 460 millions de doses – 160 millions pour Moderna et 300 millions pour Pfizer-BioNTech – qui seront mises à la disposition des Européens d’ici à la fin de l’année. Ce n’est pas encore assez pour vacciner les 450 millions de citoyens concernés – les vaccins autorisés nécessitent deux injections chacun –, mais cette annonce est bienvenue pour l’Europe.

Car la stratégie communautaire d’achats de vaccins fait aujourd’hui l’objet de nombreuses attaques, particulièrement en Allemagne. Afin de garantir à tous le meilleur prix et d’éviter une concurrence entre eux, dont les effets auraient été délétères, les Vingt-Sept ont décidé, au printemps, de négocier ensemble et de mutualiser leurs commandes. Ils se sont, dans cette logique, engagés auprès de six laboratoires (Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca, Johnson & Johnson, Sanofi, CureVac) à acheter près de 2 milliards de doses, espérant ainsi se constituer un portefeuille de vaccins diversifié, à une période où il était impossible de savoir lequel d’entre eux serait efficace. « Si chacun avait négocié pour soi, l’Allemagne aurait tout pris, la France serait arrivée derrière, et les autres n’auraient pas eu grand-chose », commente un diplomate.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here