Farouk Bouasker : Kaïs Saïed peut être poursuivi pour fraude électorale à la fin de son mandat

0

Tunisie Tribune (Kaïs Saïed)- Le vice-président de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie), Farouk Bouasker, a confirmé, jeudi 6 janvier 2022, que le président de la République, Kaïs Saïed était concerné par certaines infractions électorales bien qu’il ne figure pas sur la liste des accusés.

Mercredi, le Tribunal de première instance a décidé de déférer les dossiers des candidats soupçonnés de délits électoraux devant sa chambre correctionnelle. La liste compte : Nabil Karoui, Youssef Chahed, Abdelkrim Zbidi, Rached Ghannouchi, Rabiâa Ben Amara, Slim Riahi, Safi Saïd, Hamadi Jebali, Hamma Hammami, Selma Elloumi, Mouhamed Sghir Ennouri, Moncef Marzouki, Néji Jalloul, Hechmi Hamdi, Elyes Fakhfakh, Mehdi Jomâa, Mongi Rahoui, Lotfi Mraïhi et Saïd Aïdi. Ceux-ci sont accusés d’infraction aux règles de la publicité politique, d’abus de propagande sur les réseaux sociaux et de violation du silence électoral.

Pour expliquer l’absence de certains candidats sur cette liste, le Tribunal de première instance a avancé des raisons liées à la mise en mouvement de l’action publique, en rapport avec leur statut de contrevenant et l’achèvement des enquêtes.

Farid Bouasker a expliqué, dans ce sens, que les poursuites engagées différaient d’une personne à une autre rappelant que le président de la République jouit d’une immunité tout au long de son mandat.

Il a laissé entendre que le chef de l’Etat pourrait, cependant, faire l’objet de poursuites dès la fin de son mandat de président de la République.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here