L’Université Montplaisir Tunis défend le secteur privé et met en exergue l’employabilité de ses étudiants

0

Université Montplaisir Tunis : « … quelques défaillances du secteur privé en Tunisie subsistent, mais, il ne faut pas mettre toutes les universités dans le même panier ! »

Un point de presse vient d’être tenu, en ce premier jour de septembre, par l’UMT (L’Université Montplaisir Tunis) par son président, monsieur Fethi Farhat, afin de « mettre les points sur les i  » quant au rapport du ministère de l’Enseignement supérieur qui semble mettre en évidence, et même accentuer, certaines défaillances du secteur privé en Tunisie. Un rapport dont tout le monde parle et que personne n’a réussi à le tenir dans les mains.

Notons aussi qu’une visite des lieux a été organisée pour les journalistes présents afin de leur montrer les efforts effectués au  niveau des équipements et du confort mis au service des étudiants au sein de l’UMT.

Tout en mettant en valeur les faramineux investissements dispensés par le secteur de l’université privé dans les équipements et l’encadrement des étudiants d’où l’évolution palpable de leur niveau ainsi que l’excellent taux d’employabilité par rapport au secteur étatique, Fethi Farhat a condamné le rapport du Ministère de l’Enseignement Supérieur concernant le secteur privé : « les dérapages constatés au niveau de deux ou trois universités privées, ne doit déteindre sur l’ensemble des soixante-trois universités privées existantes à ce jour. C’est au ministère de faire les contrôles nécessaires et d’imposer les réajustements au lieu de se complaire dans la dénonciation et la généralisation ».

- L’Université-Montplaisir-Tunis-défend-le-secteur-privé-et-met-en-exergue-l’employabilité-de-ses-étudiants

« …En effet, ce fameux rapport semble avoir mis l’accent sur les défaillances du secteur et a éludé la responsabilité du ministère pendant les 5 dernières années (absence quasi totale de contrôle, octroi des autorisations sans tenir compte du cahier de charges, absence de dialogue et de concertation avec les partenaires sociaux … etc.). Ledit rapport a surtout ignoré le rôle du secteur qui a contribué au rayonnement de notre enseignement supérieur en Afrique et à l’effort national, par la valeur des investissements et le nombre d’emplois créés. »

Quand la 1ère Université privée en Tunisie s’en mêle

Fethi Farhat affirme haut et fort que : « ce rapport et les déclarations tonitruantes qui ont en découlé sont un véritable coup dur pour le secteur et sont de nature à freiner l’afflux des étudiants tunisiens et africains ainsi que l’investissement dans le secteur.

C’est aussi un vrai coup dur pour à un moment ou l’UMT s’apprête à lancer un grand projet : celui de l’Université Américaine à Tunis, investissement estimé à 200 millions de dinars et la création de 4000 emplois.

Le secteur de l’enseignement supérieur privé s’est développé très vite ces dernières années. On est passé de 6 universités agréées en 2001 à 63 universités en 2015. »

La loi N° 2008-59 du 4 août 2008, une des causes de la crise « Supérieur Privé » !

La crise de l’Enseignement « Supérieur Privé » a commencé avec la loi N° 2008-59 du 4 août 2008, qui complète la loi N° 2000-73 du 25 juillet 2000. Cette loi, déjà contestée à l’unanimité par tout le secteur, était à l’origine d’une confusion totale. En ce sens, nous invitons le Ministère à mettre en place une nouvelle loi avec des textes d’application bien définis.

C’est avec fierté que l’on rappelle que l’Université Montplaisir et son fondateur Mr Fethi FARHAT, qui a été parmi les 5 présidents d’universités à être invité par la commission chargée au sein de la chambre de députés en 2000, pour débattre du projet de loi sur l’Enseignement Supérieur Privé. Ces pionniers ont contribué à la naissance de tout un secteur et préconisent la mise en place d’un organe de contrôle habilité, relevant du ministère, voire même une Direction Générale de l’Enseignement Supérieur Privé, avec le respect du cahier de charges reconnu par le Ministère de l’Enseignement Supérieur quant à l’octroi des autorisations et surtout la mise en valeur du dialogue avec les partenaires sociaux, loin des décisions unilatérales, telles que la décision des quotas.

Certes, il y a des défaillances, et des dérapages comme dans tout secteur d’ailleurs, mais il ne faut pas mettre tous les établissements dans le même panier.

- L’Université-Montplaisir-Tunis-défend-le-secteur-privé-et-met-en-exergue-l’employabilité-de-ses-étudiants-2

En cette occasion, l’UMT a tenu à fournir quelques éléments de réflexion afin d’éclairer l’opinion publique :

  • FMCI d’hier, dénommée aujourd’hui UMT, Université Montplaisir de Tunis, ce temple de l’enseignement supérieur de qualité, est dotée d’un espace universitaire unique en Tunisie, qui allie modernité et loisirs.
  • Une infrastructure de taille répondant aux normes universitaires en vigueur et incarnant l’innovation pédagogique et technologique à l’échelle internationale.
  • Septembre 1993, marque la date de la création de la 1ère Faculté privée dans le pays. Septembre 2015, soit 23 ans après, que de défis relevés, que d’expériences requises et que de progrès réalisés !
  • A l’encadrement rapproché et au suivi personnalisé, se combinent le sens de la réalisation personnelle et l’esprit d’initiative de nos étudiants.
  • Les étudiants sont soumis au cours de leur cursus universitaire à des tests d’évaluation mensuels, des travaux de recherche, des mini-projets par module et des projets de fin d’études avec l’obligation de stages en entreprises.
  • Les cours sont organisés en petits groupes de 25 étudiants au maximum, avec des horaires aménagés respectant 30mn de pause entre les cours, avec une charge horaire de 30 heures présentielles par semaine et 30 heures au moins pour les mini-projets et travail à la maison auxquels s’ajoutent les ateliers et la préparation aux certifications pour les diplômes d’ingénieurs.
  • Pour ce qui est de la discipline, l’étudiant est soumis à un règlement intérieur très strict (présence obligatoire, élimination des examens pour tout étudiant qui dépasse le nombre d’absences tolérées, une seule session de contrôle est organisée … etc.)
  • Pour accompagner la réussite d’une telle démarche pédagogique, l’UMT n’a cessé d’investir dans les nouvelles technologies.

D’ailleurs, notre slogan, « A l’UMT vous travaillez déjà avec les technologies de demain. »

  • Déjà, en 1996, au moment ou internet était la chasse gardée de certaines grandes entreprises, en raison du coût élevé de la liaison, l’UMT était la seule parmi les universités privées et étatiques à être dotée d’une ligne ADSL offrant le libre accès à internet à tous les étudiants. Et depuis, l’UMT, n’a cessé de poursuivre sa tradition d’avant-garde technologique.
  • Aujourd’hui, l’UMT joint d’une connexion haut débit via fibre optique, ce qui permet à nos étudiants d’être connectés même dans les couloirs de l’Université.
  • L’UMT est également dotée de laboratoires de 3ème génération : de petites valises de Texas, Instruments dont chacun constitue à lui seul un labo à part entière. En plus du diplôme national d’ingénieur, les étudiants bénéficient de plusieurs certifications reconnues mondialement telles que : CISCO, JAVA, LINUX, Sécurité Informatique, TOEFEL,…

Et ce, sans oublier que toutes les salles de cours sont chauffées, climatisées et équipées chacune d’un vidéo projecteur et d’un ordinateur en vue de généraliser les cours assistés par ordinateur.

- L’Université-Montplaisir-Tunis-défend-le-secteur-privé-et-met-en-exergue-l’employabilité-de-ses-étudiants-5 bis

- L’Université-Montplaisir-Tunis-défend-le-secteur-privé-et-met-en-exergue-l’employabilité-de-ses-étudiants-7

- L’Université-Montplaisir-Tunis-défend-le-secteur-privé-et-met-en-exergue-l’employabilité-de-ses-étudiants-8

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here