Polémique autour de l’AG du Tennis Club de Tunis : Abdelmalek Dahmani, président du CIOE relate les péripéties de l’affaire

0

Tennis Club de Tunis (TCT) – une conférence de presse s’est tenue, ce dimanche 7 février 2016, par le CIOE (Comité Indépendant de l’Organisation des Élections), afin d’éclairer l’opinion publique et les adhérents de ce prestigieux club de Tennis, sur les derniers évènements qui risquent de bafouer les règles les plus élémentaires de la gestion d’un club sportif et d’entacher en Tunisie, l’excellence de l’image du TCT et du fair-play légendaire des Tennismen eux-mêmes.

- Slimane Zoubeidi-Polémique-autour-de l’AG-du-Tennis-Club-de-Tunis-Abdelmalek-Dahmani-relate-les-péripéties-de-l’affaire-200
Slimane Zoubeidi, Présidernt sortant du TCT

Il semble à priori, que deux clans s’affrontent pour la direction de ce Club et que Slimane Zoubeidi, l’ancien président ne veut pas quitter son fauteuil et n’a pas de rapport financier valide à faire prévaloir.

Consensus oblige, une Assemblée Générale s’est tenue le 17 janvier 2016 et a abouti, lors du vote, à une égalité de voix pour les deux parties (143 contre 143). Il n’y a pas eu de 2ème tour, et depuis, il semble que le CIOE dans sa forme actuelle est remis en question et que le ministère de tutelle via son Commissariat ainsi que Mehez Boussayane, l’actuel président du Comité Olympique (et ex-président du TCT) auraient eu des attitudes incompréhensibles dans cette affaire, et ce, en fonction de certains partis pris.

- Polémique-autour-de l’AG-du-Tennis-Club-de-Tunis-Abdelmalek-Dahmani-président-du-CIOE-relate-les-péripéties-de-l’affaire-00003

Nous exposons ci-après la déclaration de M. Abdelmalek Dahmani, président du CIOE, qui a bien voulu, sur notre demande, nous éclairer sur les péripéties de l’affaire et nous faire un résumé des évènements depuis 3 mois.

- Polémique-autour-de l’AG-du-Tennis-Club-de-Tunis-Abdelmalek-Dahmani-président-du-CIOE-relate-les-péripéties-de-l’affaire-3
Abdelmalek Dahmani

« … alors que le règlement intérieur prévoie que l’Assemblée Générale Ordinaire élective doit se tenir, tous les deux ans, le premier dimanche du mois d’octobre, cette Assemblée a été, sans raison valable, retardée à plusieurs reprises.

– L’AGO élective a finalement été fixée par le comité directeur au 13 décembre 2015.

– Le 7/12/15, le président nous a fait part de la démission du commissaire aux comptes et de l’impossibilité de tenir l’AG sans son rapport. J’ai contacté ce dernier, qui a affirmé que le président était informé depuis au moins deux mois de sa décision irrévocable de ne plus assumer sa mission, et ce, pour une raison de légalité (pas plus de trois mandats) et raison de santé.

– Le président a tenu à retarder au 17 janvier 2016, l’AG, malgré l’avis de 6 experts, dont 3 mandatés par lui-même, qui estimaient que l’AG pouvait se tenir sans     Soumettre le rapport financier au vote des électeurs, et ce, à charge pour le comité élu de nommer un nouveau commissaire et tenir une nouvelle assemblée pour voter le rapport financier, par voie de consensus et pour éviter un affrontement. La deuxième liste candidate et nous-mêmes membres du CIOE avions accepté le report.

– L’AG du 17 janvier a donné pour résultat des votes, 143 voix à chaque candidat. La parité impliquait donc un deuxième tour, que le CIOE (Comité Indépendant de l’Organisation des Élections avait fixé au 7 février 2016.

– Le président du TCT, Slimane Zoubeidi, m’a sommé par lettre du 19 janvier 2016, de déclarer vainqueur des élections le candidat Slimane Zoubeidii, lettre à laquelle je n’ai pas cru devoir répondre, ne sachant à qui m’adresser, le président du TCT n’ayant aucune autorité sur le déroulement et résultats des élections.

– En tant que Président du CIOE, j’ai tenu une réunion avec le Commissaire Régional aux sports, et lui a adressé un rapport sur le déroulement de l’AG.

– Il semble que le président du TCT aurait adressé de son côté, une plainte au Commissaire aux sports, qui en moins de 24 h, lui a répondu, avec en signature, celle du chef du service administratif et financier pour, en substance, lui demander de démettre le CIOE, et annuler la convocation à l’AG du 7 février 2016, et former un nouveau CIOE (indépendant), pour enfin convoquer une Assemblée dans un délai de un mois au maximum. Il est bien entendu, clair que cette procédure est totalement illégale, faite sur mesure et sur intervention de parties occultes ; d’ailleurs, certaines personnes ont contacté le signataire au commissariat, qui a immédiatement envoyé au TCT sa déléguée, pour retirer du tableau d’affichage sa lettre.

– J’ai répondu à cette fameuse lettre du Commissaire, par courrier en date du 30 janvier 2016, à la suite duquel, je n’ai enregistré aucune réaction.

– Le CIOE a reçu de M. Karim Ben Ammar, Tête de liste de la deuxième liste candidate, une réclamation demandant le contrôle approfondi de la liste des électeurs qui aurait pu être rallongée frauduleusement. Nous-mêmes lors des élections du 17 janvier, avions eu des doutes sur la régularité de certains électeurs, et nous avions en conséquence demandé au président du TCT de mettre à notre disposition les livres comptables et les relevés bancaires de l’année 2015 pour vérifier si les cotisations de ces électeurs ont bien été comptabilisées ; Le président n’a pas répondu à notre requête malgré une assignation par voie d’Huissier notaire.

– Le 6 février, le « Comité Directeur actuel du TCT » et son président ont affiché un communiqué par lequel ils décident de dissoudre le CIOE, pour :

  • – faute grave (laquelle ?)  …celle de ne pas l’avoir déclaré vainqueur ? ou celle d’avoir demandé les registres comptables ? Ou encore celle d’avoir permis à un nouveau membre d’exercer son droit de vote ?)
  • – dépassement de nos prérogatives en ayant fixé la date des élections (le décret-loi et les statuts stipulent que le Comité indépendant « prépare l’organisation de l’ÂGE et dirige ses travaux »  , nous pensons donc être dans notre bon droit en ayant fixé la date de l’ÂGE, surtout qu’il s’agit d’un second tour)
  • – démission de certains membres du CIOE ? En quoi cela concerne-t-il le comité et le président du TCT ? Aucun texte ne fixe le nombre des membres constitutifs du CIOE, et à fortiori, la dissolution de cette instance en cas de démission de certains de ses membres.

Maitre Ben Mime, avocat et membre du CNAS, interrogé au journal de Wataniya 1, le 8 février, a été clair et à bien spécifié que la dissolution du CIOE est illégale et qu’aucune autorité ne peut la dissoudre, sauf, une Assemblée Générale des membres du TCT.

Ceci n’est que le court résumé du long feuilleton d’un président qui s’accroche désespérément à son fauteuil, et qui utilise tous les moyens pour s’y maintenir. »

  • Pour le CIOE
  • Le Président Abdelmalek DAHMANI

- Polémique-autour-de l’AG-du-Tennis-Club-de-Tunis-Abdelmalek-Dahmani-président-du-CIOE-relate-les-péripéties-de-l’affaire-00002

La Rédaction de Tunisie-Tribune donnera l’opportunité du droit de réponse à toute personne qui aurait un complément d’information quant à ce feuilleton.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here