Revendications et ultimatums, fermeture des sites pétroliers de Tataouine et Douz ! Qui est derrière cette escalade ?

0
  • Réunion de crise suite à la fermeture des sites pétroliers de Tataouine !

  • L’Objectif est-il de créer le chaos afin de servir des intérêts particuliers ?

  • Le laxisme relevé dans l'affaire de Petrofac aurait-il engendré cette situation ?

  • L’État d’urgence seul, sans actions d’éclat, peut-il restaurer le prestige de l’État et ramener les pseudo grévistes à la raison ?

Tunisie-Tribune (fermeture des sites pétroliers) Youssef Chahed, le chef du gouvernement tunisien, vient de réunir en urgence, ce dimanche 21 mai 2017, les ministres de la Défense, de l’Intérieur et des hauts cadres sécuritaires en vue de coordonner la riposte à la fermeture par les protestants se sites pétroliers à Tataouine et à Kébili.

  • Ordre pour que soit contrée toute tentative d’entraver le fonctionnement des sources de production

Au cours de cette réunion de crise, le chef de gouvernement a donné l’ordre pour que soit contrée toute tentative d’entraver le fonctionnement des sources de production conformément aux décisions prises par le président de la République en application des directives du Conseil de sécurité nationale.

On rappelle que des grévistes de Kamour à Tataouine représentant le camp qui a rejeté les propositions du gouvernement, ont procédé samedi soir à la fermeture de la station de pompage de pétrole d’El Fana.

  • Cette action d’escalade intervient au lendemain d’un ultimatum donné au gouvernement pour accéder à leurs doléances et en dépit des tirs de sommation des unités de l’armée pour les en dissuader.

Sous pression, les revendicateurs ont pris d’assaut, samedi, la station et avec l’aide d’un ingénieur originaire de la région, ont fermé ce site qui alimente la raffinerie de pétrole de Skhirat qui assure une partie du besoin du marché nationale en hydrocarbure.

Cette action a encouragé des manifestants de Douz à fermer la station de pompage de pétrole à Chekika, pour protester contre l’absence de négociations avec eux.

  • Apparemment, certaines parties (en connivence avec l’étranger ou pas) cherchent à prendre en otage l’Etat et l’affaiblir davantage afin de créer le chaos qui devrait servir des intérêts particuliers.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here