Frontière tuniso-libyenne : le système de surveillance électronique sera installé au cours du premier semestre 2018

0

Tunisie-Tribune (surveillance électronique) – le ministre de la Défense, Farhat Horchani, a indiqué qu’au cours du premier semestre de 2018, un système de surveillance électronique hautement développé sera installé au niveau des frontières tuniso-libyennes.

« D’importantes étapes ont été déjà franchies concernant la mise en place de ce système qui s’étendra de Ras Jedir à Borj El Khadra », a-t-il dit au cours d’une rencontre de presse, jeudi, à la Caserne militaire de Jallel, à Ben Guerdane (Medenine).

Le ministre a précisé que ce système de surveillance électronique comporte des points de contrôle fixes, sur la partie couvrant Ras Jedir et Dhehiba, et des points de contrôle mobiles sur la partie couvrant Dhehiba et Borj El Khadra.

Ce dispositif de contrôle de haute technologie sera, en outre, doté de caméras de surveillance performantes, dont des caméras thermiques et de détection de mouvement, toutes reliées à une centrale de surveillance, a-t-il ajouté.

Il a, dans ce sens, souligné l’importance de ce dispositif de surveillance qui permettra d’aider les unités militaires et sécuritaires dans leurs missions de protection des frontières.

Lors d’une visite au 33e régiment de Ben Guerdane et au 1er régiment terrestre de Remada, le ministre a souligné la promptitude des unités militaires et leur détermination à protéger les frontières et à lutter contre le terrorisme et la contrebande.

Horchani a relevé que les succès enregistrés en matière de lutte contre le terrorisme ne doivent, cependant, pas faire oublier les menaces qui pèsent sur la Tunisie.

« Les forces armées et les citoyens doivent faire preuve de vigilance, notamment face à la persistance de la crise en Libye », a-t-il dit, relevant que « la résolution de la crise en Libye permettra forcément à la Tunisie de sécuriser ses frontières ».

D’autre part, Horchani a démenti les propos du Maréchal Khelifa Haftar qui avait, dans des déclarations aux médias français, affirmé l’ »absence d’une coopération sécuritaire entre la Tunisie et la Libye ».

« Il y a une importante coopération sécuritaire entre la Tunisie et la Libye des côtés de Ben Guerdane et de Dhehiba », a expliqué le ministre. Et d’ajouter : « Peu importe la partie avec laquelle nous coopérons. L’essentiel est que la Tunisie ne coopère pas avec les terroristes ».

La Tunisie, a-t-il précisé, collabore avec tous les protagonistes libyens. L’armée libyenne est présente en Libye, au niveau des frontières. Nous collaborons avec l’armée du côté de Ben Guerdane.

Il est de notre devoir de protéger les frontières eu égard à la gravité des menaces, a-t-il souligné, rappelant la solidité des relations

surveillance électroniquetunsio-libyennes.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here