Les syndicats de journalistes du monde entier soutiennent une convention de l’ONU révolutionnaire sur la protection des journalistes

0
  • FIJ (Protection des journalistes) :  ce samedi 18 novembre 2017, lors d’une réunion à Tunis, cette convention révolutionnaire a été approuvée par les dirigeants syndicaux des journalistes du monde entier.
  • Cette convention établit, pour la première fois, des normes contraignantes en créant des garanties spécifiques pour les journalistes et les professionnels des médias.

Tunisie-Tribune (FIJ – Protection des journalistes) – des journalistes du monde entier ont soutenu aujourd’hui (18 novembre 2017) un appel lancé par la FIJ en faveur d’une nouvelle Convention révolutionnaire des Nations Unies visant à mieux protéger les journalistes et le journalisme face à une vague de violence et de menaces.

L’appel vient alors que les chiffres montrent le nombre de journalistes violemment attaqués, menacés, emprisonnés et empêchés de travailler sans crainte et le harcèlement continue de croître, alors que l’impunité pour de tels crimes dépasse les 90%.

Les dirigeants syndicaux des journalistes représentant 600 000 travailleurs des médias à travers le monde ont approuvé la Lance le téléchargement du fichierConvention internationale sur la sécurité et l’indépendance des journalistes et autres professionnels des médias proposée par la FIJ  lors d’une réunion en Tunisie.

Cette convention révolutionnaire établirait pour la première fois des normes contraignantes créant des garanties spécifiques pour les journalistes et les professionnels des médias.

Alors qu’en vertu du droit international humanitaire et du droit des droits de l’homme, les journalistes jouissent des mêmes protections que tous les autres civils, ces lois ne reconnaissent pas que les journalistes courent plus de risques que les autres civils.

Il y a un avantage stratégique à cibler les médias – ceux qui souhaitent empêcher la diffusion de l’information et le contrôle international ciblent de plus en plus délibérément les journalistes.

La proximité délibérée des journalistes à tout conflit les rend également particulièrement vulnérables; Contrairement à d’autres civils, les journalistes n’évitent pas les zones de conflit.

Alors que toute personne a droit à la protection de son droit à la vie, à la liberté individuelle, à la sécurité, à la liberté d’expression et à un recours effectif lorsque ses droits sont bafoués, les instruments généraux des droits de l’homme ne reflètent pas .

Contrairement à la plupart des violations, les atteintes à la vie ou à l’intégrité physique des journalistes ont un impact sur le droit du public à l’information, contribuent au déclin du contrôle démocratique et ont un effet dissuasif sur la liberté d’expression de chacun.

Malgré cela, il n’y a pas de ligne de conduite indépendante pour les membres du public ou d’autres professionnels des médias en cas de violation des droits d’un journaliste de déposer une demande pour que l’affaire soit entendue dans une procédure internationale.

Le régime actuel des droits de l’homme ne prend pas non plus en compte les risques associés à la profession de journaliste. Si le droit de chacun à la liberté d’expression est protégé, l’exercice de la liberté d’expression par les professionnels des médias est distinct: ils participent à la circulation régulière de l’information et des idées, avec un impact beaucoup plus large sur les publics de masse. les cibler par ceux qui veulent censurer le discours défavorable. Cette dimension publique du discours journalistique est sous-reconnue.

Les journalistes sont ciblés en raison de leur profession, et un instrument international dédié renforcerait leur protection et attacherait une importance particulière aux violations, augmentant la pression sur les États pour prévenir et punir les violations, ce qui est au cœur du respect du droit international.

La FIJ est convaincue qu’un nouvel instrument international contraignant consacré à la sécurité des journalistes, y compris un mécanisme d’application spécifique, améliorerait l’efficacité de la réponse internationale.

Le mouvement suit une tendance récente à reconnaître que les travailleurs des médias sont confrontés à une situation différente et peuvent nécessiter une solution spécifique à une catégorie. Selon la résolution 2222 du Conseil de sécurité de l’ONU, le travail des professionnels des médias «les expose à des risques spécifiques d’intimidation, de harcèlement et de violence dans les situations de conflit armé». Les lignes directrices du Conseil de l’Europe pour la protection du journalisme reconnaissent une augmentation des attaques contre les journalistes « en raison de leur travail d’enquête, de leurs opinions et de leurs reportages ».

Le nouvel instrument fournirait une codification utile de toutes les règles applicables dans un seul instrument, regroupant à la fois des dispositions relatives aux droits de l’homme et du droit humanitaire. Il comprendrait: l’obligation de protéger les journalistes contre les agressions, les arrestations arbitraires, les campagnes de violence et d’intimidation, l’obligation de protéger contre les disparitions forcées et les enlèvements (par des agents de l’État ou privés), l’obligation de mener des enquêtes effectives interférences et traduire les auteurs en justice; dans le contexte d’un conflit armé, l’obligation de traiter les travailleurs et les installations des médias comme des civils (et donc des cibles illégitimes) et de mener des opérations militaires avec toute la diligence requise.

Le secrétaire général de la FIJ, Anthony Bellanger, a déclaré: « Un nouvel instrument international consacré à la sécurité des journalistes ferait une déclaration importante. Il reconnaîtrait leur caractère distinctif, découlant des risques auxquels ils sont régulièrement exposés et de la valeur du travail journalistique pour la société. Il intensifierait le contrôle international des attaques contre les journalistes et aiderait les autorités nationales à comprendre leurs obligations internationales, actuellement fragmentées en plusieurs dispositions conventionnelles et jurisprudence.

  • Une initiative aussi importante ferait de la sécurité des journalistes et du droit de chacun à l’information une priorité évidente pour la communauté internationale.

A partir d’aujourd’hui, la FIJ et ses affiliés – au nom de toutes les victimes victimes de ceux qui cherchent à faire taire le messager – s’engagent pour cette cause et nous attendons avec impatience votre soutien dans cette lutte cruciale. « 

« 58 journalistes ont déjà été tués cette année, les gouvernements seront tenus de rendre des comptes devant l’Assemblée générale des Nations unies et seront contraints de remplir leurs obligations en mettant en place des mécanismes judiciaires efficaces pour traduire en justice les agresseurs des journalistes. s’est permis d’ajouter ¨ le président de la FIJ, Philippe Leruth.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here