Biographies de Kaïs Saied et Nebil Karoui

0

Tunisie-Tribune (Biographies de Kais Saied) – Selon le sondage réalisé par l’institut de sondage Sigma Conseille le candidat indépendant Kais Said vient d’arriver en première place avec 19.5% des voix. Le candidat du parti au cœur de la Tunisie Nabil Karoui arrive en deuxième place avec 15.5% des voix. Ainsi Kais Said et Nabil KAroui passeraient au second tour de l’élection présidentielle.

Voici le Biographie des deux candidats :

Biographie de Kais Saied

Kais Saied est né le 22 février 1958 à Tunis. Il a obtenu un diplôme d’études approfondies en Droit international public de la Faculté de Droit et des sciences politiques de Tunis, d’un diplôme de l’Académie internationale du Droit constitutionnel et d’un diplôme de l’institut international de Droit humain à Saint-Rémo en Italie.

Il a commencé sa carrière professionnelle en tant que professeur à la Faculté de Droit et des sciences économiques et politiques de Sousse en 1986. Il a ensuite enseigné à la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis en 1999.

Saied a aussi occupé le poste de Directeur du département de Droit public à la Faculté de Droit et des sciences économiques et politiques de Sousse de 1994 à 1999.

Il était membre du groupe d’experts du secrétariat général de la Ligue arabe entre 1989 et 1990 et expert auprès de l’Institut arabe des droits de l’homme de 1993 à 1995.

Il a aussi occupé les postes de Secrétaire général et de vice-président de l’association tunisienne du Droit constitutionnel de 1990 jusqu’à 1995.

Il est aussi membre du conseil scientifique et du conseil de la direction de l’Académie internationale du Droit constitutionnel depuis 1997 et président du centre de Tunis du Droit constitutionnel pour la démocratie.

Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles traitant du Droit constitutionnel.
Kais Saied est marié et père de trois enfants.

Biographie de Nabil Karoui

Né le 1er août 1963, Nabil Karoui a fait des études à l’Ecole supérieure de commerce en France et a fait carrière dans plusieurs entreprises de renommées, notamment Henkel, Canal+ et Colgate-Palmolive.

En 1996, il crée avec son frère Ghazi l’agence de communication KNRG puis en 2002 le groupe Karoui&Karoui World. Cinq ans plus tard, Nabil Karoui lance Nessma TV et devient en 2009 directeur de cette chaîne privée.

En octobre 2011, Nessma TV diffuse le film français Persepolis et plusieurs salafistes tentent de brûler les locaux de cette chaîne privée. Nabil Karoui a été poursuivi en justice pour atteinte aux valeurs du sacré et cette affaire a énormément suscité l’intérêt des médias étrangers.  Le tribunal le condamne finalement à payer une amende de 2.400 dinars tunisiens (DT).

Nabil Karoui a été membre fondateur de Nidaa Tounes et son groupe Karoui&Karoui a pris en charge la campagne électorale présidentielle de Béji Caïd Essebsi. En 2017, il quitte Nidaa Tounes.

En août 2016, son fils Khalil, âgé de 20 ans, décède dans un accident de la route à Gammarth. Il est enterré au cimetière de Carthage.

Nabil Karoui crée l’association caritative « Khalil Tounes » pour venir en aide aux démunis en sillonnant toute la Tunisie. Son association crée une polémique et suscite la colère de la Haica qui avait suspendu plus d’une fois une émission qui lui est consacrée et qui est diffusée sur Nessma Tv.

En avril 2019, la police ferme les locaux de Nessma TV pour diffusion illégale à la demande de la Haica. Nabil Karoui accuse le gouvernement d’être derrière cette manœuvre.

Le 2 août 2019, Nabil Karoui dépose sa candidature à l’élection présidentielle et représente Au cœur de la Tunisie, parti qu’il a fondé en juin dernier.

Le 20 août 2019, il est arrêté à la station de péage de Medjez El Bab suite à un mandat de dépôt émis par le pôle judiciaire financier dans le cadre de l’affaire I Watch. Nabil Karoui est suspecté de corruption et de blanchiment d’argent.

Son épouse, Salwa Smaoui, et les dirigeants et militants de Au cœur de la Tunisie, mènent la campagne électorale à sa place étant donné qu’il est incarcéré à la prison de la Mornaguia.

En vidéo :

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here