COVID-19 : un nombre de «cas importés» record fait craindre une nouvelle vague

0

Tunisie-Tribune (Coronavirus) – Les autorités chinoises ont annoncé dimanche 12 avril que 97 nouveaux « cas importés » de contamination au coronavirus avaient été diagnostiqués. Ce chiffre, dû à des personnes arrivant de l’étranger, n’avait jamais été atteint depuis le début de ce décompte et fait craindre une deuxième vague de l’épidémie de Covid-19. Deux autres cas de transmission locale ont également été répertoriés.

Les autorités chinoises ont annoncé dimanche 12 avril que 97 nouveaux « cas importés » de contamination au coronavirus avaient été diagnostiqués. Ce chiffre, dû à des personnes arrivant de l’étranger, n’avait jamais été atteint depuis le début de ce décompte et fait craindre une deuxième vague de l’épidémie de Covid-19. Deux autres cas de transmission locale ont également été répertoriés.

Alors que la Chine paraissait avoir endigué l’épidémie du nouveau coronavirus dans son territoire, 99 nouveaux cas de Covid-19 ont été diagnostiqués dimanche, soit plus du double de la veille, dont deux seulement étaient des cas de transmission locales, selon les données publiées par la Commission nationale de la Santé.

Alors que ces 97 nouveaux cas importés portent le total à 1 280, la Chine n’a toutefois fait état d’aucun nouveau décès dû au Covid-19. La ville de Wuhan, épicentre de l’épidémie, a d’ailleurs débuté la levée progressive de ses restrictions mardi 7 avril,après deux mois de confinement.

Mais les autorités s’inquiètent désormais que les cas importés, dont le nombre quotidien a atteint un record, pourraient faire repartir l’épidémie de plus belle. Face à ce danger, la Chine avait fermé ses frontières à la quasi totalité des étrangers fin mars et réduit drastiquement ses vols internationaux.

Ces cas issus de l’étranger sont principalement le fait de ressortissants chinois rentrant dans le pays. Sur ces 99 nouveaux cas, 52 ont été diagnostiqués à Shanghai, selon l’agence Reuters qui cite la commission municipale de la santé. Celle-ci affirme qu’il s’agit de Chinois de retour de Russie et du Canada.

Toutefois, les ressortissants étrangers restent très surveillés et se disent stigmatisés, notamment à Pékin. Dans la capitale, beaucoup ont constaté dimanche 12 avril que leur « code de santé » était passé sans explication du vert à l’orange, les obligeant ainsi à être en quarantaine chez eux. Cette application officielle de la mairie accorde un code QR en fonction des déplacements dans des zones à risque : sans code vert, impossible d’accéder à des bâtiments ou certains commerces.

Un responsable du ministère chinois des Affaires étrangères, contacté par l’AFP, a déclaré ne pas être au courant d’une quelconque décision obligeant les étrangers de la ville à se placer en quarantaine.

Le bilan officiel en Chine est désormais de 82 052 personnes contaminées par le nouveau coronavirus depuis le début de l’épidémie, et 3 339 morts.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here