Chahed sort de son mutisme et fait face aux terribles accusations

0

Tunisie-Tribune (Youssef Chahed) – Le président de Tahya Tounes et ex-chef de gouvernement, Youssef Chahed, a peut-être raté son rendez-vous avec l’actuel chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh, mais pas celui avec la télévision. Chahed s’est fait rare dans les médias depuis son départ de la Kasbah. Il a dû sortir de son silence pour s’expliquer sur quelques dossiers qui ont fait le lit de graves accusations qu’il a certainement eu beaucoup de mal à digérer. Ce jeudi 18 juin 2020, sur la chaîne Al Watania 1, il a défendu ardemment son bilan et fait face à ses détracteurs…

Au sujet des indicateurs économiques, que certains experts  l’accusent d’avoir maquillés – certains membres du gouvernement ont même laissé courir le bruit -, il a rétorqué ceci : «Celui qui affirme que les chiffres que nous avons dévoilés sont faux ne sait rien des rouages et du fonctionnement de la machine étatique. Les chiffres sont élaborés par les responsables du ministère des Finances, de l’INS et de la Banque centrale, et pas par le chef du gouvernement ou les ministres. Les gouvernements s’en vont, et eux ils restent. Ce sont de hauts fonctionnaires de l’Etat», a dit Chahed.

Il a ajouté : «Ceux qui déclarent que les indicateurs affichés sont erronés ne font que frapper la Tunisie et la discréditer auprès de ses créanciers. Si la Tunisie a reçu des dons et des crédits durant la crise de la pandémie Covid-19, elle le doit au travail de l’ancien gouvernement. Quand j’étais à la tête du pays j’ai dit qu’il y a des choses qui se sont améliorées et d’autres pas ».

Il a martelé que c’est bien son équipe qui a transmis les rapports sur les déficits des entreprises publiques. «Il doit y avoir un minimum d’honnêteté intellectuelle. Ceux qui lancent les accusations sur des chiffres trafiqués piochent dans les rapports que nous avons produits».

A propos du chômage, il a admis que le taux global n’a pas reculé, même si le chômage des hauts diplômés a baissé de 4 points. «Cela est du à la mollesse de la croissance. On ne peut pas offrir des emplois si la croissance n’est pas au rendez-vous. Il est certain qu’avec la crise du coronavirus ça va s’aggraver et il va falloir trouver des remèdes».

Au sujet des départs de Tahya Tounes, Chahed a confié qu’il les regrette, mais que son parti a à peine un an et demi d’existence. «Le mouvement Tahya Tounes est encore jeune. Il y a certes des ratés dans l’organisation du parti et sa structuration, mais nous y travaillons. Nous déplorons les démissions, mais ça reste des événements normaux dans la vie politique». 

Il a également défendu ses actions dans le combat contre la corruption, un bilan que certains remettent en cause. L’ex-chef du gouvernement a réplique ceci à ses pourfendeurs «Il y a des procès contre moi sur Facebook, mais rien devant les tribunaux. La justice est indépendante et personne ne peut lui tordre le bras». Pourtant I Watch, tout de suite après la diffusion de l’entretien, a contredit Chahed en affirmant qu’il y a effectivement une plainte contre lui. L’organisation lui indique même qu’il peut se rendre chez le juge d’instruction au bureau 7 du pôle judiciaire et financier pour s’en assurer.

S’agissant de l’épineux dossier du businessman Marouen Mabrouk, Chahed a déclaré que c’est l’Union européenne (UE) qui a décidé de l’effacer de la liste des avoirs gelés, et qu’il n’a aucune influence sur les 28 pays de l’UE. Il a reconnu que c’est une grosse affaire, qui traîne depuis 10 ans déjà. Il a confié qu’il suit ce dossier de près, puisque toutes les procédures sont en cours…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here