Les leçons magistrales de Jalloul à Khiari, les « Bourguibistes » vont adorer (Vidéo)

0

Tunisie-Tribune (Rached Khiari) – Le député indépendant Rached Khiari, qui avait porté les couleurs d’Al Karama, n’aurait jamais dû croiser la route de l’universitaire et ancien ministre de la l’Education Neji Jalloul. Dimanche 21 juin 2020, Jalloul, éminent historien, a donné des leçons magistrales au bouillant député. Les partisans du fondateur de la République tunisienne, Habib Bourguiba, vont adorer, ses détracteurs beaucoup moins…

Khiari, qui avait brillé par ses attaques contre le leader historique lors de la plénière du 9 juin, n’en menait pas large face à l’ex-directeur de l’ITES. Le députe, rappelons-le, avait taxé Bourguiba «d’agent de la France» lors de cette séance agitée autour des «excuses officielles» et autres indemnisations exigées à la France pour réparer les crimes de la colonisation.

Jalloul, qui était sur le plateau de Samir El Wafi, sur Attessia TV, a rappelé à Khiari que Bourguiba avait été fiché comme «ennemi juré» de la France en 1925 par le cinquième bureau (une structure de l’armée française montée en 1957 et qui opérait durant  la guerre d’Algérie). L’historien a indiqué également que le fondateur de la République avait écrit un livre, «Le Destour et la France», dans lequel il évoquait la France en tant qu’ennemie et l’accusait d’avoir travesti l’identité tunisienne et l’Islam.

Khiari, désarçonné par la verve de Jalloul, s’est rabattu sur le fait que Bourguiba ait donné à une rue au cœur du centre-ville de Tunis le nom du général Charles de Gaulle, qui était à l’époque président de la République française. Jalloul lui a rétorqué qu’après les combats de l’évacuation, la Tunisie, qui était alors un Etat indépendant, devait sauvegarder des liens diplomatiques avec la France et qu’il était tout à fait concevable qu’une rue porte le nom du chef de l’Etat français.

Manifestement sonné, l’élu dégaine le dossier sur l’accord d’exploitation du sel (la convention avec la Cotusal paraphée en 1949), une affaire qui a fait beaucoup jaser quand Youssef Chahed était aux manettes. Jalloul, visiblement irrité par le même sempiternel argumentaire, a déclaré qu’il avait personnellement pondu un livre sur cette affaire. «Le sel est archi-abondant. Il y a 360 nations qui produisent du sel (…). Nous ne faisons que suivre les tarifs du marché international»…

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here