«Campus Culture» : Quand Holberton School met la main à la pâte pour promouvoir la culture chez les étudiants

0

Tunisie-Tribune (Campus Culture) – Fidèle à ses valeurs prônant l’ouverture d’esprit et le partage, Holberton School Tunis s’est associée à l’Université Paris Dauphine I Tunis, à l’IHEC Carthage et à l’IPEST sous forme d’un partenariat public privé pour promouvoir la culture auprès des étudiants. C’est ainsi qu’est né le «Campus Culture», un concept innovant réunissant les jeunes étudiants qui suivent différents cursus scientifiques, afin de leur offrir une ouverture vers le monde de la culture.

«Campus Culture» est lancée en collaboration avec deux espaces culturels de renommée, à savoir Ennejma Ezzahra et l’Agora. Ce concept est initié par Fatma Kilani, enseignante à l’IHEC Carthage, Bénédicte Dumeige, enseignante à Dauphine I Tunis et consultante en stratégie artistique et culturelle, Ahmed Amine Azouzi, consultant média et industrie créative ainsi que Mourad Sakli, Ministre de la Culture de 2014 à 2015.

Le lancement de ce nouveau concept a été annoncé lors d’une conférence de presse tenue à l’IHEC de Carthage en date du 25 février 2021, avec la participation de Amine Ben Amor, Directeur de la Holberton School Tunis, Amina Bouzguenda Directrice de l’Université Paris Dauphine I Tunis, Hassen Mzali, Directeur de l’IHEC et Manef Abderrabba Directeur de l’IPEST.

Amine Ben Amor, dans son intervention, a mis l’accent sur l’importance de la culture dans la vie d’un étudiant partant de sa propre expérience avec les étudiants de Holberton School Tunis : «Nous avons reçu, en début de l’année 2020, une délégation de la Santander Bank venue de Madrid qui a eu la curiosité de visiter notre école et de discuter avec nos étudiants, futurs diplômés d’une école d’un genre nouveau. Ces invités avaient échangé avec les étudiants et ont posé notamment la question sur le dernier film regardé. A la réponse, Un chien andalou, de Luis Buñuel et Salvador Dali, nos hôtes ont été impressionnés. Ce qui fait la différence entre un bon ingénieur et un autre, ce sont ses connaissances générales au-delà de ses compétences techniques. C’est sa Culture et tout ce qu’il possède comme connaissances générales. A Holberton, on a réussi à donner à nos étudiants le goût des belles choses. Les étudiants ont besoin de culture, pour connaître les codes de la vraie vie. Faire de la culture un pilier de la formation ne peut être que bénéfique aux étudiants, cela les différencie sur le marché du travail pour leur donner la clé du succès ».

Par ailleurs, et concernant «Campus Culture», il a été précisé que ce nouveau concept s’articule autour de deux axes d’actions :

  • Le premier consiste à intégrer des activités culturelles dans les programmes de formation dispensés par ces établissements, activités dotées d’une dimension obligatoire pour les étudiants; c’est ce que pratiquent déjà deux des établissements concernés : l’Université Paris Dauphine I Tunis à travers ses cours « Actualité culturelle » et ses séminaires autour de la culture, et l’IHEC Carthage avec le cours de « Marketing des arts et de la culture ».
  • Le second axe consiste en la création d’un réseau de clubs implantés au sein des quatre établissements. Ces clubs et cercles intervenant sous l’égide de «Campus Culture» viendront enrichir la vie estudiantine via un agenda d’événements conçus et développés par les étudiants eux-mêmes dans une optique de brassage des populations d’un campus à l’autre. Ces clubs porteront des activités culturelles développées autour des soft skills des étudiants, mettant en valeur leurs talents et leurs prédispositions dans un souci d’amélioration de leur employabilité.

En fin de parcours, lors de l’obtention de leur diplôme, les étudiants obtiendront un « Passeport «Campus Culture» » formalisant leur participation et leur engagement dans un parcours culturel co-construit.

«Campus Culture» se démarquera par le foisonnement de son offre sur plusieurs activités dont des événements culturels autour des arts vivants, du cinéma ou de la littérature, des visites culturelles dans des lieux rattachés aux arts visuels ou au patrimoine, des cycles de cinéma par thématique, réalisateur ou acteur, des concours d’éloquence, de dessins, de peintures, de sculptures, de scénarios, documentaires, etc.

Les étudiants seront impliqués dans la conception et l’organisation des événements. La mise en œuvre de la programmation reposera sur la participation des étudiants pour en faire des acteurs mais aussi des producteurs de contenu culturel.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here