Accompagné de Makhlouf et de 3 avocats, Nabil Karoui entame un sit-in au bureau du juge d’instruction du Pôle économique et financier

0
  • Alors qu’accompagné du député Seifeddine Makhlouf et de 3 avocats, Nabil Karoui entame un sit-in ouvert au sein même du bureau du juge d’instruction du Pôle économique et financier,
  • Les militants et députés de son parti « Qalb Tounes » protestent à l’extérieur du bâtiment

Tunisie-Tribune (sit-in de Nabil Karoui au bureau du juge d’instruction) –  députés et militants de Qalb Tounes ont entamé, ce lundi 7 juin 2021, un sit-in ouvert devant le Pôle économique et financier de l’Avenue Mohamed V à Tunis, Nabil Karoui, y comparaissait ce lundi matin.

Ces députés et militants ainsi que le frère, Ghaei Karoui, dénoncent « une détention abusive » du président du parti à qui on a rejeté ses demandes de libération alors que les délais légaux de la détention préventive ont été largement dépassés, si on cumule ses deux arrestations pour la même affaire..

D’après le comité de défense de Nabil Karoui, on lui a présenté un PV antidaté, du 5 mai 2021, annonçant la reconduction de son mandat de dépôt de quatre mois supplémentaires.

Vu que la procédure est à priori illégale et que le PV en question aurait dû lui être présenté avant ou à la date du 5 mai (et non un mois plus tard), Nabil Karoui a refusé de signer ce document. Il a également annoncé devant le juge qu’il entame une grève de la faim pour dénoncer ces procédures illégales et cette infraction flagrante aux lois du pays.

En parallèle, son comité de défense a entamé les procédures à la cour de cassation pour invalider la décision de la chambre des mises en accusation de mercredi dernier.

La chambre a décidé de refuser la libération de Nabil Karoui et a demandé au juge d’instruction de régulariser la situation. Or, d’après le comité de défense, on ne peut pas régulariser une situation a posteriori.

Selon l’article 85 du code de procédure pénale, la période de détention préventive est limitée à six mois soit 180 jours. Elle ne peut être prolongée (de deux fois quatre mois) que si elle est renouvelée dans les délais légaux, c’est-à-dire avant le 4 mai 2021. Or nous sommes le 7 juin et c’est aujourd’hui seulement que le juge d’instruction a décidé de prolonger la durée de détention, c’est-à-dire plus d’un mois après. Le comité de défense du prévenu crie depuis plus d’un mois à l’injustice et rappelle que la détention est illégale, les juges ne veulent rien entendre et refusent d’appliquer la loi, d’après le comité.

Vidéo de Nessma

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here