Distribution des cartes CNAM : vers une surcharge des bureaux de Poste pour se décharger de cette obligation… Pauvre citoyen !

0
  • La CNAM face à la Distribution des cartes “labess”
  • Convoquer les assurés sociaux pour retirer leurs cartes “labess” ?
  • ou les envoyer par la Poste (déjà submergée) en se débarrassant de ce fardeau ? « That is the question… »

Tunisie-Tribune (Distribution des cartes CNAM) – La Cnam a annoncé qu’elle procéderait, cette fois, par le biais de la Poste et, plus précisément, Rapid-poste. Les affiliés recevraient la carte par cette voie et devraient en accuser réception. 

Comme pour la première fois, nous pensons qu’il y aura des problèmes. En effet, on se rappelle, qu’en 2019, plusieurs assurés avaient été convoqués (parfois plus de deux fois) pour prendre possession de ladite carte. Une fois dans les bureaux de la Cnam, on leur a fait savoir qu’ils devraient revenir une autre fois parce que le nombre de bénéficiaires était trop important et qu’il fallait attendre que ça se décante. En d’autres termes, les cartes étaient prêtes, mais n’ont pu être distribuées, en raison d’une certaine désorganisation. Essaye-t-on, aujourd’hui, de se rattraper ?

Apparemment, oui. Mais est-ce la bonne voie ? 

Selon ce que l’expérience nous a appris, il faudra s’attendre à des désagréments pour les assurés sociaux concernés. Car, comme d’habitude, les mesures administratives adoptées n’aboutissent pas aux solutions escomptées. Le but avoué serait de désengorger les services de la Cnam en chargeant la Poste de cette tâche de distribution de plus de 2.8 millions de cartes.

De prime abord, les bénéficiaires vont avoir des problèmes lors de la remise de ces documents. En cas d’absence de chez eux, ils seront automatiquement obligés d’aller au bureau de poste indiqué. Dans ce cas, un message Sms doit  être envoyé au *1017*CIN#. Il est à craindre que là aussi, il y aura foule comme dans l’écrasante majorité des bureaux de poste. Donc, la question de l’affluence ne sera pas, pour autant, résolue. L’attente va-t-elle devenir un mal nécessaire ?

En outre, on se pose la question suivante : ce service sera-t-il gratuit ? Déjà le sms à envoyer sera facturé. La distribution des cartes et sa délivrance dans les locaux de la Poste seront-t-elles gratuites ou payantes ? La Cnam n’a rien précisé dans ce sens. Et, il est légitime de se poser la question, d’autant que le simple citoyen est en droit de s’interroger sur l’opportunité de l’opération.

  • Est-il, vraiment, nécessaire de recourir à la Poste ?
  • Le fait de confier ce travail à cette entreprise ne serait-il pas coûteux pour la Cnam ?
  • Cette dernière n’aurait-elle pas dû assurer cette mission elle-même et de façon progressive au lieu de dépenser un tel budget qui aurait mieux servi ailleurs?

Le remboursement des frais de soins aux assurés n’est-il pas plus important, surtout que les délais de remboursement sont de plus en plus longs et dépassent les limites du raisonnable ?

Autant de précisions restent à fournir par la Cnam qui ferait mieux, dorénavant, d’assurer une bonne gestion des deniers publics.

A. Chraiet / La Presse

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here