La situation humanitaire au Mali s’aggrave, prévient l’envoyé de l’ONU

0

Tunisie Tribune (Mali)- Plus de 1,8 million de personnes au Mali risquent d’avoir un besoin immédiat d’aide alimentaire d’ici août, soit le plus haut niveau enregistré depuis 2014, a prévenu lundi le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Mali, El-Ghassim Wane, devant le Conseil de sécurité.

M. Wane a rappelé qu’en 2022, 7,5 millions de personnes auront besoin d’assistance humanitaire dans le pays, contre 5,9 millions en 2021. Le nombre total de déplacés s’élève à 370.000.

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Mali, qui est également le chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), a qualifié la situation sécuritaire d’« instable » et même de « particulièrement préoccupante » dans la zone des trois frontières et dans le Centre du Mali.

Dans le Centre du Mali, l’insécurité est alimentée par une combinaison de conflits intercommunautaires, de problèmes de gouvernance de longue date, et par l’activité de groupes d’extrémistes violents ciblant les civils, les forces maliennes et la MINUSMA, a développé M. Wane, évoquant des attaques dans la région de Ménaka ayant fait « des centaines de morts et de déplacés ».

À Ménaka, une ville de l’est du pays proche de la frontière tchadienne, la MINUSMA a établi des plans d’urgence pour renforcer temporairement sa présence en troupes et en matériel.

Dans ce contexte difficile, la MINUSMA a été entravée dans ses opérations terrestres et aériennes, et a connu d’importants retards dans la rotation de son personnel en uniforme d’Afrique de l’Ouest. M. Wane a pourtant souligné à quel point la liberté de mouvement était essentielle pour l’efficacité de la Mission.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here