La variole du singe ou l’urgence d’améliorer la résistance aux maladies tropicales négligées (OMS)

0

Tunisie Tribune (variole du singe)- « La variole du singe reste très peu connue, comme bon nombre de maladies tropicales négligées, tant qu’elles n’affectent pas les populations des pays riches », a regretté ce mardi un haut responsable de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), exhortant la communauté internationale à se mobiliser davantage contre les maladies tropicales négligées.

Si la variole du singe était jusqu’alors circonscrite à une dizaine de pays africains, plus de 23.000 cas sont désormais enregistrés dans le monde dont la majorité en Europe et sur le continent américain. Cette multiplication des cas au-delà de ses foyers endémiques a finalement conduit à une meilleure prise en charge de la maladie dans le monde.

« Nous devons arrêter cette discrimination », a dénoncé depuis Dakar, au Sénégal, le Dr Ibrahima Socé Fall , Sous-Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en charge de la réponse aux urgences, lors d’un point de presse régulier de l’ONU à Genève.

« Quand des maladies touchent des populations défavorisées dans certaines parties du monde, le monde doit s’investir pour protéger ces populations, quel que soit leur nationalité, la couleur de leur peau ou leur religion », a-t-il dit.

A ce sujet, l’agence onusienne rappelle qu’elle travaille sur la variole du singe en Afrique depuis plusieurs années. « Ça n’a intéressé personne, comme c’est malheureusement le cas, des maladies tropicales négligées », a regretté le Dr Fall.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here