Moody’s pointe du doigt le niveau élevé des créances douteuses en Tunisie qu’il classe de très spéculative

0

Tunisie-Tribune (Moody’s) – L’Agence de notation financière Moody’s vient de ranger la Tunisie dans le grade « très spéculative ». La Tunisie est à présent considérée comme un pays qui ne réunit plus les conditions favorables pour inciter les bailleurs de fonds à y investir, ses obligations sont à risque,

Moody’s a estimé que la croissance du crédit en Tunisie restera élevée, soit entre 8% et 10%, malgré une reprise de la croissance économique, dont le taux est passé de 2,3% en 2017 à 2,8% actuellement, dans « un contexte de baisse de l’épargne des ménages ».

L’agence fait état d’une augmentation des problèmes de liquidité dans le système bancaire tunisien, compte tenu du « niveau historique », des besoins en liquidité des banques, qui ont atteint 11 milliards de dinars, en janvier 2018, contre seulement 7 milliards de dinars un an plus tôt.

Les banques de la place vont encore compter, en 2018, sur le financement de la Banque centrale de Tunisie, lequel a atteint 8,4% du financement total en 2017, ce qui les exposera, d’après Moody’s, « aux changements de la politique monétaire et aux pressions du coût de financement ».

« Nous estimons que les crédits non performants des banques tunisiennes vont se stabiliser, mais demeureront élevés autour de 15% du total des crédits, au terme de 2017. Cette stabilisation sera tributaire de la croissance soutenue des crédits et de l’assouplissement de politiques rigides concernant particulièrement, le secteur bancaire public, qui a le niveau le plus élevé de crédits non performants (22%) », a déclaré le vice-président, responsable en chef des crédits auprès Moody’s, Olivier Panis.

Toutefois, Moody’s demeure optimiste. Elle prévoit une hausse de taux de croissance de 2,3% en 2017 à 2,8% en 2018. Elle prévoit, également, la reprise dans différents secteurs dont l’agriculture et les mines. Comme elle table sur la réalisation des investissements annoncés dans la conférence Tunisia 2020, l’amélioration des conditions sécuritaires et du climat des affaires qui pourraient attirer des investisseurs étrangers et créer de nouveaux postes d’emploi.

A préciser que le rapport de l’agence sur le système bancaire en Tunisie, ne constitue pas une action de notation, mais plutôt, une mise à jour des marchés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here