Tentative de saisie à Djerba d’un avion de Condor Airlines (filiale de Thomas Cook), la FTH condamne fermement ces agissements isolés

0

Tunisie-Tribune (Condor Airlines) – La compagnie aérienne Condor Airlines a décidé de suspendre sine die sa programmation aérienne de la Tunisie. En cause, une tentative de saisie judiciaire de l’un de ses avions à Djerba hier par un groupe hôtelier local. La Fédération Tunisienne de l’Hôtellerie (FTH) condamne vigoureusement.

Nouveau rebondissement dans l’affaire Thomas Cook. La compagnie Condor Airlines, filiale de Thomas Cook Allemagne, a fait l’objet hier d’une tentative de saisie conservatoire sur ses avions atterrissant à Djerba. Derrière cette action, un groupe hôtelier tunisien qui tenterait de se faire rembourser l’ardoise que lui a laissée Thomas Cook lors de sa faillite. Il s’agit d’ailleurs du même groupe qui avait tenté d’empêcher des touristes britanniques en fin de séjour à Hammamet de rentrer chez eux, pratique qui avait été assimilée à une prise d’otage par la presse britannique au lendemain de l’affaire.

Au final, aucun avion n’a été saisi. Aux dernières nouvelles, deux vols déjà engagés auraient été prévenus et auraient fait demi-tour avant d’atteindre l’espace aérien tunisien.

Aujourd’hui, c’est la FTH qui réagit en condamnant fermement l’action entreprise par l’un de ses confrères. Elle a publié dans ce sens un communiqué que nous reproduisons ci-dessous :

« La FTH a appris avec la plus grande consternation la tentative d’immobilisation illégale d’un avion de la compagnie Condor sur l’aéroport de Djerba, ainsi que la décision de cette compagnie de cesser toute activité sur la Tunisie, et toutes les répercussions négatives sur les touristes, sur l’image de la destination, sur le secteur touristique ainsi que sur l’économie nationale.

La FTH condamne avec la plus grande fermeté les agissements individuels et isolés de certains hôteliers qui compromettent la reconstruction d’une confiance indispensable envers nos partenaires étrangers. Les faillites et impayés sont intrinsèques aux risques du métier et nous insistons fortement auprès de nos confrères hôteliers pour qu’ils évitent tout comportement irréfléchi.

La FTH a entrepris une action collective afin de faire valoir les droits des hôteliers touchés par la faillite de Thomas Cook et rappelle qu’un travail collectif et uni est bien plus efficace que des actes isolés.
Par ailleurs, la FTH demande la révision du cahier des charges et lois régissant l’activité des opérateurs touristiques afin d’améliorer les garanties financières nécessaires à ces activités et assurer une plus grande sérénité aux opérateurs nationaux ».

Alors que la faillite de Thomas Cook générait déjà un manque à gagner important sur l’arrière-saison touristique, cette affaire ne va pas arranger les choses. Elle crée par ailleurs un précédent avec les tour-opérateurs tous marchés confondus qui risquent désormais de prendre des dispositions avec la destination tunisienne qui pourraient lui porter préjudice.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here