Conférence de Berlin sur la Libye : Mohsen Marzouk affirme (et il n’est pas le seul) que la Tunisie a eu tort de rejeter l’invitation, fut-elle tardive (explications)

0

Tunisie-Tribune (Conférence de Berlin sur la Libye) – En partant du principe que les absents ont toujours tort… Mohsen Marzouk, président de Machrouû Tounes, a publié, ce dimanche 19 janvier 2020, un statut détaillant les raisons pour lesquelles, la Tunisie aurait dû accepter l’invitation de l’Allemagne pour assister à la conférence de Berlin autour de la Libye. Une Présence de la Tunisie lui aurait permis d’imposer et de clarifier son positionnement.

« Nous aurions dû participer à la conférence de Berlin. Il est certain que l’invitation de la Tunisie a été tardive. Elle a été adressée après de multiples pressions exercées par certains amis de la Tunisie, et de la Tunisie elle-même. Il est indéniable qu’une invitation aussi tardive peut renvoyer vers un manque de respect pour la Tunisie, pays voisin de la Libye et qui a beaucoup enduré à cause de la crise sévissant dans ce pays. La Tunisie aurait dû être invitée dès le début. Ainsi, le refus de cette invitation tardive est légitime et exprime un orgueil et une colère étouffée. Tout cela est recevable théoriquement », indique Mohsen Marzouk.

Il a ajouté : « Mais je considère que la Tunisie aurait dû accepter l’invitation malgré le retard enregistré et ne pas rater l’occasion de participer à cet évènement international important ». Mohsen Marzouk avance les raisons suivantes :

1-      Cette conférence sera déterminante pour l’avenir proche en Libye. Ainsi, le président Tunisien, de par sa présence, pourra prendre connaissance directement du développement des évènements à travers les grands acteurs internationaux, et avoir une occasion en or pour se rapprocher des sources d’informations.

2-      Les plus grands décideurs à travers le monde seront réunis dans une conférence restreinte, chose qui ne se produit que rarement. Il y avait donc, une opportunité pour tisser des liens avec eux et les connaître. La politique internationale a beau être compliquée, mais les relations personnelles restent très utiles.

3-      La participation constitue une occasion pour briser l’isolement actuel. Sur le plan arabe, les Egyptiens, les Algériens et les Emirati seront présents, ainsi que l’Europe influente, la Russie et les USA. Ne serait-il plus judicieux de créer des liens avec eux au lieu de rester dépendants des visites d’Erdogan comme si on faisait partie de sa stratégie.

4-      Si la question de médiation en Libye a atteint ce haut niveau international, il est donc clair qu’il nous est difficile d’avoir notre propre initiative. Il est plus sage que nous soyons une partie symbolique de la médiation. Il est, également, possible que la Tunisie soit une destination des prochaines réunions si elle maintient sa position de neutralité.

5-      Cette situation nous permet de nous concentrer directement sur une ou deux revendications, à l’instar de la question humanitaire et sécuritaire, en appelant à préserver les intérêts de la Tunisie à ce niveau. Cela est possible avec un minimum de compétences diplomatiques lors de la conférence.

Mohsen Marzouk souligne que plusieurs personnes ont œuvré pour que la Tunisie soit invitée, et qu’il aurait été préférable de ne pas les décevoir. Il a conclu en précisant que l’Algérie a été conviée tardivement, pourtant, elle a accepté l’invitation et le Maroc proteste encore contre son exclusion.

Source : BL / BusinessNews

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here