Youssef Bouzakher : le CSM continuera à travailler normalement

0

Tunisie Tribune (CSM)- Le magistrat Youssef Bouzakher a indiqué que le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), dont il est le président, n’a pas pu consulter le décret supprimant les avantages octroyés à ses membres. « Pour le moment, il n’y a qu’un communiqué publié sur la page Facebook de la présidence de la République », a-t-il expliqué.

Dans une déclaration accordée le 20 janvier 2022 à Wassim Ben Larbi sur les ondes de la radio Express FM, Youssef Bouzakher a rappelé que deux versions avaient été publiées par la présidence de la République. « La deuxième a comporté un deuxième paragraphe précisant le montant des primes et avantages ! Nous considérons cela comme une atteinte aux membres du CSM ! Les avantages avaient été mis en place par le CSM et publiés au Journal officiel de la République tunisienne ! Nous avions procédé à cela dans le cadre de la transparence et en collaborant avec le gouvernement et l’Assemblée des représentants du peuple », a-t-il expliqué.

Youssef Bouzakher a affirmé que le CSM était une institution constitutionnelle dotée d’une l’indépendance financière et administrative conformément à la Constitution. Il a conclu que la décision du président ne visait pas à réformer la justice tunisienne. D’après la même déclaration, le décret porte directement atteinte à la structure mise en place par la Constitution. Il a souligné le rôle de régulation attribué au CSM par la constitution et la loi.

« Nous avions travaillé durant six mois sans avantages et primes. Nous continuerons à travailler jusqu’à la fin de notre mandat en octobre 2022… La suppression des avantages ne signifie pas la dissolution du CSM… Nous n’avions pas connaissance de la chose avant la publication du communiqué de la présidence », a-t-il ajouté.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here