« La constitution de 2014 n’est pas sacrée, mais elle est meilleure que celle de 1959 »

0

Tunisie Tribune (constitution de 2014) – « Tout amendement ou développement de la constitution ne devrait pas être dans un contexte cacophonique populiste, obscurantiste/ réactionnaire, ou destourien/rcédéiste », indique le parti des travailleurs.

Dans un communiqué rendu public hier soir, jeudi jour du 8ème anniversaire de la promulgation de la constitution, le parti considère que « le contexte idéal pour développer la constitution, est celui où le peuple bénéficie de sa souveraineté absolue sur le pouvoir, ses instances représentatives émancipées de l’emprise de l’argent, des contrebandiers et des marchands de la religion ».

La constitution de 2014 exprime un rapport des forces politiques et sociaux de cette étape de l’histoire du peuple, et sa révolution, souligne-t-il.

« Cette constitution, malgré ses faiblesses reste meilleure et sans aucune mesure, que la constitution de 1959, ayant constitué une base pour le despotisme, du pouvoir personnel, en légitimant la répression que notre peuple a vécu pendant plus d’un demi-siècle, sous le pouvoir du parti destourien, pendant les époques bourguibiste et novembriste », indique le parti de Hamma Hammami.

« Les intentions de manipulation de la constitution de la part de Kaïs Saïed, tantôt par l’appel à son annulation, et tantôt par l’appel à son amendement, dans le cadre d’une consultation, et puis un référendum frelaté dont les résultats sont connus au préalable, ne peuvent et ne pourront faire avancer l’arsenal législatif dans notre pays, mais va le faire revenir au pouvoir personnel », note la formation politique.

« La constitution n’est pas sacrée, et peut être amendée et développée, au service des intérêts du peuple, à la liberté, à la justice sociale, et à la souveraineté sur la richesse et le pouvoir de décision. Cette opération ne devra pas être arbitraire, et tributaire du bon vouloir individuel, ou d’une caste despotique et non patriote, comme l’a fait Bourguiba et Ben Ali, et comme veut le faire, aujourd’hui, Kaïs Saïed », écrit la même source.

Le parti des travailleurs appelle les forces politiques, sociales et civiles progressistes à unifier l’effort, la volonté et le travail, en vue de préserver les acquis démocratiques inscrits dans la constitution, notamment en termes de libertés, de droits économiques, sociaux, et culturels, d’égalité, de souveraineté nationale sur les richesses, de séparation entre les pouvoirs, etc.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here