Agriculture : appels à démettre le président actuel de l’UTAP sur fond de tensions aiguës au sein de l’organisation agricole

0

Tunisie Tribune (Agriculture) – La 9ème édition du Conseil central de l’UTAP qui devait se tenir, jeudi au siège de l’organisation agricole à Tunis, a été reportée au 18 mai courant, pour absence de quorum.
Les membres du Conseil central de l’Union Tunisienne de l’Agriculture et de la Pêche présents, ont fait porter à son actuel président, Abdelmajid Ezzar, absent de cette réunion, la responsabilité des tensions actuelles au sein de l’Union, dans un communiqué signé par ses deux vice-présidents.

Ce communiqué qui fait suite à la décision d’Ezzar de changer le lieu de la tenue du Conseil central de Tunis à Kairouan, en infraction aux articles 27 et 29 du statut de l’UTAP, souligne que « la réunion tenue à Kairouan, n’engage en rien les structures de l’organisation agricole », dénonce « les prises de décision unilatérales, la mauvaise gestion et la politique de fuite en avant du président de l’union agricole et évoque « la nécessité de rectifier la trajectoire ».

Toujours selon la même source, «plusieurs membres du conseil central ont été empêchés d’accéder au lieu de la réunion par un groupe d’agriculteurs qui protestaient devant le siège de l’organisation, ce qui a fait que le quorum requis n’ait pas été atteint. De ce fait, le Conseil central a été reporté au 18 mai 2022, au siège de l’Union Régionale de l’Agriculture et de la Pêche de Sfax, conformément aux dispositions du Statut de l’UTAP».

Dans une déclaration à l’agence TAP, Hatem Mensi, membre du bureau exécutif de l’UTAP, a souligné que « face à la détérioration de la situation au sein de l’Union et au blocage du dialogue entre son président d’une part, et le président de la République et le gouvernement d’autre part, nous nous trouvons dans l’obligation d’assumer nos responsabilités envers nos affiliés, surtout que toutes les filières rencontrent des difficultés structurelles et conjoncturelles énormes ».

Et de conclure « La cacophonie actuelle ne peut pas perdurer. Ezzar n’est pas en mesure de continuer à assumer ses responsabilités et le Conseil central prévu à Sfax doit prendre des résolutions décisives, quitte à le démettre».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here