• Une prochaine décennie de rentabilité avec un trafic passagers mondial qui devrait augmenter de 6% en 2019,
  • Toutes les régions, à l’exception de l’Afrique, devraient enregistrer des bénéfices en 2018 et 2019
  • Les transporteurs africains devraient afficher une perte nette de 300 millions de dollars en 2019, soit une légère amélioration par rapport à la perte nette de 400 millions de dollars en 2018. 

Tunisie-Tribune (une prochaine décennie de rentabilité) – L’Association du transport aérien international (IATA) prévoit que le bénéfice net de l’industrie aérienne mondiale s’élèvera à 35,5 milliards de dollars en 2019, soit légèrement plus que le bénéfice net prévu de 32,3 milliards de dollars en 2018 (revu à la baisse par rapport aux 33,8 milliards de dollars prévus en juin). Les points forts des performances attendues pour 2019 sont les suivants :

  • Le rendement du capital investi devrait s’établir à 8,6% (inchangé par rapport à 2018).
  • La marge sur les bénéfices nets après impôt devrait être de 4,0% (essentiellement inchangée par rapport à 3,9% en 2018).
  • Les revenus globaux du secteur devraient atteindre 885 milliards de dollars (+ 7,7% sur 821 milliards de dollars en 2018)
  • Le nombre de passagers devrait atteindre 4,59 milliards (contre 4,34 milliards en 2018)
  • Les tonnes de fret transportées devraient atteindre 65,9 millions (contre 63,7 millions en 2018)
  • Ralentissement de la demande tant pour le trafic passagers (+ 6,0% en 2019, + 6,5% en 2018) que pour le fret (+ 3,7% en 2019, + 4,1% en 2018)
  • Bénéfice net moyen par passager au départ de 7,75 USD (7,45 USD en 2018)

La baisse des prix du pétrole et une croissance économique solide, quoique plus lente (+ 3,1%) prolongent la période de profit pour le secteur aérien mondial, après que la rentabilité ait été réduite par la hausse des coûts en 2018. On s’attend à ce que 2019 soit la dixième année de profit et la cinquième année consécutive où les compagnies aériennes génèrent un retour sur capital supérieur au coût du capital de l’industrie, créant ainsi de la valeur pour ses investisseurs.

«Nous nous attendions à ce que la hausse des coûts affaiblisse la rentabilité en 2019. Mais la chute brutale des prix du pétrole et les solides prévisions de croissance du PIB ont fourni une solution tampon. Nous sommes donc prudemment optimistes quant à la poursuite de la création de valeur solide pour les investisseurs pendant encore au moins un an. Toutefois, les environnements économique et politique demeurent instables », a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

Facteurs de performance en 2019

Croissance économique : le PIB devrait augmenter de 3,1% en 2019 (légèrement en dessous de l’expansion de 3,2% en 2018). Cette croissance plus lente mais toujours vigoureuse est l’un des principaux moteurs d’une rentabilité toujours solide. Les guerres commerciales et les incertitudes politiques telles que le BREXIT comportent des risques importants pour la croissance, mais il est généralement admis que ces facteurs ne contrebalanceront pas l’élan positif résultant d’une politique budgétaire expansionniste et des investissements croissants des entreprises dans les grandes économies.

Coûts de carburant :

 Les perspectives de l’industrie pour 2019 sont basées sur un prix du pétrole moyen anticipé de 65 USD / baril (Brent) inférieur à celui de 73 USD / Baril (Brent) enregistré en 2018, à la suite de l’augmentation de la production de pétrole aux États-Unis et de la hausse de ses stocks. C’est un soulagement bienvenu pour les compagnies aériennes qui ont vu les prix du carburéacteur baisser, mais à un rythme plus lent en raison de l’impact des mesures environnementales à faible teneur en soufre prises par le secteur maritime, qui ont accru la demande de diesel (qui fait concurrence au carburéacteur pour la capacité de raffinage).

Néanmoins, les prix du carburéacteur devraient se situer en moyenne à 81,3 USD / baril en 2019, soit moins que la moyenne de 87,6 USD / baril pour 2018). L’impact total de cette baisse sera retardé en raison des niveaux élevés de couverture dans certaines régions. Le carburant devrait représenter 24,2% des coûts d’exploitation moyens de la compagnie aérienne (une augmentation par rapport aux 23,5% prévus pour 2018).

Main – d’œuvre :

l’emploi total des compagnies aériennes devrait atteindre 2,9 millions en 2019, en hausse de 2,2% par rapport à 2018. Les salaires sont également à la hausse, en raison de la tension des marchés du travail, et les coûts salariaux unitaires devraient augmenter de 2,1% en 2019 longue période de stabilité. Les emplois dans l’aviation deviennent plus productifs. En 2019, la productivité devrait augmenter de 2,9% pour atteindre 535 000 tonnes-kilomètres disponibles / employé.

Trafic Passagers :

le trafic passagers devrait augmenter de 6% en 2019, ce qui sera supérieur à l’accroissement de la capacité prévue de 5,8% et restera au-dessus du taux de croissance tendanciel sur 20 ans. Cela, à son tour, augmentera les facteurs de charge et favorisera une augmentation des rendements de 1,4% (rattrapant partiellement la baisse de 0,9% enregistrée en 2018). Les revenus voyageurs, à l’exclusion des services auxiliaires, devraient atteindre 606 milliards USD (contre 564 milliards USD en 2018).

Fret :

L’augmentation annuelle de 3,7% du tonnage du fret, qui atteint 65,9 millions de tonnes, constitue le rythme le plus lent depuis 2016, en raison de la faiblesse de l’environnement commercial mondial, affectée par un protectionnisme croissant. Les rendements des cargaisons devraient augmenter de 2,0%. C’est bien en deçà de la croissance exceptionnelle de 10% du rendement en 2018. Il poursuit toutefois le renforcement récent de l’activité cargo, les augmentations de coûts étant moindres. Les recettes globales du fret devraient atteindre 116,1 milliards de dollars (contre 109,8 milliards de dollars en 2018).

Perspectives régionales

 Toutes les régions, à l’exception de l’Afrique, devraient enregistrer des bénéfices en 2018 et 2019. Les transporteurs nord-américains continuent de montrer la meilleure performance financière, représentant près de la moitié des bénéfices totaux du secteur. Les performances financières devraient s’améliorer par rapport à 2018 dans toutes les régions, à l’exception de l’Europe, où l’amélioration a été retardée en raison du degré élevé de couverture du carburant.

Meilleure performance financière en 2019

Les transporteurs nord-américains devraient afficher la meilleure performance financière en 2019 avec un bénéfice net de 16,6 milliards de dollars (contre 14,7 milliards en 2018). Cela représente une marge nette de 6,0% et un bénéfice net de 16,77 dollars par passager, ce qui représente une nette amélioration par rapport à six ans plus tôt. La marge nette est en hausse par rapport à 2018 (5,7%) car les faibles niveaux de couverture du carburant permettent aux prix bas d’avoir un impact immédiat. Les bénéfices sont également amortis par des facteurs de charge élevés et des revenus accessoires.

Bénéfices

  • Les transporteurs européensdevraient afficher un bénéfice net de 7,4 milliards de dollars en 2019 (en légère baisse par rapport à 7,5 milliards de dollars en 2018). Le bénéfice net par passager prévu de 6,40 $ (marge nette de 3,4%) est environ le tiers du bénéfice net par passager que devraient générer les transporteurs nord-américains.

La concurrence intense maintient les rendements bas et les coûts réglementaires sont élevés. La région s’est rétablie des attaques terroristes de 2016. Mais en 2018, elle a subi des coûts supplémentaires de 2 milliards de dollars en raison d’une augmentation de 61% du nombre de minutes de retard causées par des défaillances du contrôle du trafic aérien. À l’horizon 2019, les niveaux élevés de couverture dans la région signifieront que l’impact positif de la baisse des prix du pétrole sera reporté.

  • Les transporteurs de l’Asie-Pacifiquedevraient afficher un bénéfice net de 10,4 milliards de dollars en 2019 (contre 9,6 milliards de dollars en 2018). Le bénéfice net prévu par passager devrait s’établir à 6,15 USD (marge nette de 3,8%).

Il s’agit d’une région de marchés diversifiés, dont certains connaissent une forte croissance de la part des nouveaux entrants dans les pays à bas coûts tandis que d’autres sont très dépendants du fret sortant en provenance de centres de fabrication clés. La croissance du chiffre d’affaires cargo a ralenti par rapport à la forte performance de 2017 mais reste positive pour les compagnies aériennes de la région. La baisse des coûts de carburant, les faibles niveaux de couverture de carburant et la forte croissance économique régionale soutiennent la rentabilité en 2019 dans cette région.

  • Les transporteurs du Moyen-Orientdevraient enregistrer un bénéfice net de 800 millions de dollars en 2019 (contre 600 millions de dollars en 2018, une plus faible part). Le bénéfice net prévu par passager est de 3,33 dollars (marge nette de 1,2%).

La région a été confrontée aux effets antérieurs de faibles revenus pétroliers, aux conflits, à la concurrence d’autres « super-connecteurs » et aux revers de certains modèles économiques, entraînant un net ralentissement de la croissance des capacités (après plus d’une décennie de croissance à deux chiffres) , la croissance de la capacité passagers a été réduite de moitié à 6,7% en 2017). La région a enregistré une croissance de ses capacités de 4,7% en 2018 et devrait ralentir à 4,1% en 2019, ce qui, avec la restructuration, contribue à générer une reprise.

  • Les transporteurs d’Amérique latinedevraient afficher un bénéfice net de 700 millions de dollars en 2019 (contre 400 millions de dollars en 2018). Le bénéfice net prévu par passager est de 2,14 USD (marge nette de 1,6%).

Les conditions économiques sur les marchés locaux ne se redressent que lentement, alors que l’économie brésilienne sort de la récession, mais l’Argentine fait face à de nouvelles difficultés. La vigueur du dollar américain a compliqué la tâche des compagnies aériennes dans la région en augmentant le coût en intrants clés d’intrants libellés en dollars américains tels que le pétrole et les aéronefs, mais d’importantes restructurations et coentreprises améliorent les performances.

  • Les transporteurs africainsdevraient afficher une perte nette de 300 millions de dollars en 2019 (une légère amélioration par rapport à la perte nette de 400 millions de dollars en 2018). La perte nette attendue par passager est de 3,51 $ (marge nette de -2,1%).

Cela fait de l’Afrique la région la plus faible, comme elle l’a été au cours des quatre dernières années. Les performances s’améliorent, mais lentement. Les pertes devraient être réduites en 2019 avec la baisse des prix du carburant. La région bénéficie de rendements supérieurs à la moyenne et de coûts d’exploitation moins élevés dans certaines catégories. Cependant, peu de compagnies aériennes de la région sont capables d’atteindre des facteurs de charge suffisants pour générer des bénéfices.

Demande de passagers par région

                   DEMANDE                        CAPACITÉ
2018E 2019F 2018E 2019F
Global 6,5 6.0 6.0 5.8
Amérique du Nord 5.0 4,5 4,8 4.3
L’Europe × 6.4 5.5 5.7 6.1
Asie-Pacifique 8.5 7.5 7.6 7.1
moyen-Orient 4.6 5.5 4.7 7.1
Amérique latine 6.0 6.0 6,5 5.9
Afrique 3.6 5.0 1.4 4.9


Contribution économique du transport aérien

Parmi les principaux indicateurs des avantages d’une connectivité mondiale croissante, citons:

  • Le tarif moyen du billet aller-retour en 2019 (avant surtaxes et taxes) devrait s’élever à 324 USD (2018 dollars), soit 61% de moins que le niveau de 1998 après ajustement pour tenir compte de l’inflation.
  • Les taux de fret aérien moyens en 2019 devraient s’élever à 1,86 USD / kg (2018 dollars), ce qui représente une baisse de 62% par rapport aux niveaux de 1998.
  • Le nombre de paires de villes uniques desservies par les compagnies aériennes devrait passer à 21 332 en 2018 (1 300 de plus qu’en 20 032 en 2017), soit plus du double des niveaux de 1998.
  • Les dépenses mondiales des consommateurs et des entreprises en matière de transport aérien devraient atteindre 919 milliards de dollars en 2019, en hausse de 7,6% par rapport à 2018 et équivalent à 1,0% du PIB mondial.
  • Les compagnies aériennes devraient contribuer pour 136 milliards de dollars aux recettes fiscales du gouvernement en 2019 (une augmentation de 5,8% par rapport à 2018).

«Le transport aérien n’a jamais été une si bonne affaire pour les consommateurs. Non seulement les tarifs restent bas, mais les options offertes aux voyageurs se multiplient. Quelque 1 300 nouvelles liaisons directes entre villes ont été ouvertes en 2018. En 2018, 250 millions de voyages aériens supplémentaires ont eu lieu par rapport à 2017 », a déclaré de Juniac.

Voir le rapport de perspectives détaillé
Lire le discours complet d’Alexandre de Juniac

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here