Imbroglio arabo-arabe quant à l’Avion irakien cloué au sol à Tunis-Carthage : tout le monde a raison, tout le monde a tort

0

Tunisie-Tribune (Avion irakien cloué au sol) – selon une certaine expression classique, disons que « tout le monde, il a raison, tout le monde, il a tort ». L’affaire de l’avion de la compagnie irakienne continue à faire parler d’elle, depuis dimanche 28 juillet 2019.

En voulant se disculper, la même compagnie irakienne s’est exprimée  via sa page Facebook, ce lundi 29 juillet 2019, a mis les torts sur tout le monde (sauf sur elle-même) et a même tapé sur la presse tunisienne, et ce, en essayant de clarifier la situation.

iraqi Airways a précisé que l’avion en question était loué pour le compte d’une entreprise privée, étant donné qu’il n’y a pas de ligne directe Tunis-Bagdad. De ce fait, c’est l’entreprise privée qui est responsable de l’avion, du vol, du paiement de certaines charges et de résoudre les éventuels problèmes.

La compagnie irakienne a quand même reconnu l’existence de plusieurs problèmes de l’avion sur les plans logistique et technique. La résolution de ces problèmes a juste pris du temps et l’avion a pu décoller, par la suite, vers Bagdad.

D’autre part, la compagnie irakienne a formellement démenti les informations selon lesquelles le pilote de l’avion aurait organisé une collecte d’argent et qu’il aurait sollicité les passagers dans ce but. « Cet acte n’est pas autorisé dans un aéroport aussi important que celui de Tunis-Carthage. Nous appelons à faire attention avant de diffuser la moindre infirmation et d’éviter les fake-news de la presse de caniveau », lit-on encore dans la précision de la compagnie irakienne.

Est-ce que l’appareil a été empêché de décoller par les autorités tunisiennes ? La réponse est « non » selon l’compagnie aérienne irakienne (office de l’aviation civile et des aéroports).

Dans un communiqué, l’Office a expliqué que l’avion de la compagnie irakienne a subi un retard causé par la procédure de paiement de la redevance qui a nécessité un temps de contrôle des détails de la facturation !

  • N’oublions pas qu’il était 4h du matin au bout d’un week-end particulier. Il aurait été difficile que le personnel administratif de l’aéroport ainsi que ses pièces comptables soient disponibles et à jour… 

De leur côté, les autorités de l’aviation irakienne ont assuré que l’avion a bel et bien été empêché de décoller… A suivre au prochain épisode…

La suite au prochain épisode…

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here