Paracétamol, ibuprofène, aspirine… Les pires erreurs dans la prise de ces médicaments

0

Tunisie-Tribune (médicaments) – L’Agence du médicament a annoncé que ces médicaments pourraient ne plus être en accès libre mais derrière les comptoirs des pharmacies.

On ne pourra peut-être bientôt plus se servir à notre guise, dans une pharmacie, dans les rayons des anti-douleurs. L’Agence du médicament (ANSM) a en effet annoncé ce jeudi 3 octobre que les médicaments contenant du paracétamol ainsi que certains anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) seraient rangés derrière le comptoir des pharmacies dès janvier 2020.

En cause, le mauvais usage de ces médicaments qui sont aujourd’hui en libre accès. Mal utilisés, ceux-ci peuvent entraîner de graves risques pour la santé. La prise de paracétamol qui peut sembler anodine, peut entraîner de graves troubles du foie voire être mortelle dans certains cas.

Prise en trop grande quantité du paracétamol ou en association avec d’autres substances

Pris en trop grande quantité, le paracétamol est en effet toxique pour le foie. “Utilisé à bon escient, le paracétamol est un médicament sûr et efficace”, assurait auprès de l’AFP, en juillet, l’Agence du médicament. Mais sa “mauvaise utilisation (…) est la première cause de greffe hépatique d’origine médicamenteuse en France”.

C’est pourquoi l’ANSM a annoncé cet été la mise en place d’un avertissement “surdosage = danger” sur les boîtes de paracétamol.

La dose maximale est de 3 grammes en 24 heures (chaque prise étant espacée d’au moins six heures). Et la durée du traitement ne doit pas dépasser “3 jours en cas de fièvre, 5 jours en cas de douleur, en l’absence d’ordonnance”, selon l’ANSM.

Source

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here