(Vidéo) Saïed a pris tout son temps pour se venger de Ghannouchi, depuis la France

0

Tunisie-Tribune (Kaïs Saïed) – Le bras de fer entre le président de la République, Kaïs Saïed et celui du Parlement, Rached Ghannouchi, a traversé les frontières. Le sujet s’est invité dans un entretien entre Saïed et la chaine internationale France 24, lors de sa visite à Paris, ce mardi 23 juin. Le dossier libyen était un des thèmes phares de cette interview, et dans cette affaire, on le sait, Ghannouchi ne cesse de marcher sur les plates bandes du chef de l’Etat…

Saïed a d’abord rappelé la position officielle de la Tunisie : la neutralité absolue entre les belligérants et le refus de toute ingérence étrangère dans le chaudron libyen. Or le président turc, Recep Tayyip Erdogan, un grand ami de Ghannouchi, a fait plus que mettre son nez dans ce conflit, puisque ce sont ses troupes qui ont sauvé la mise au gouvernement d’union nationale de Fayez El Sarraj. Alors que les troupes du maréchal Haftar étaient aux portes de Tripoli. Le leader d’Ennahdha n’a pas pu s’empêcher de prendre son téléphone et de féliciter El Sarraj pour le cuisant revers qu’il a infligé à Haftar.

Le fameux coup de fil de Ghannouchi

Saïed a déclaré que la légalité dont jouit le gouvernement d’El Sarraj à la faveur d’une résolution du conseil de sécurité doit prendre fin et céder la place à «une autre légalité et une légitimité populaire». Et là le fameux coup de fil de Ghannouchi a été mis sur la table. «S’il se prenait pour le président de la République ce serait à lui de se poser la question. Il y a un Etat, un seul chef d’Etat et qu’une diplomatie tunisienne dirigée par le chef de l’Etat. Il s’agissait d’une faute et il faut rappeler à l’ordre ceux qui ont envie de prendre le pouvoir des autres» a déclaré le président.

Il a ajouté qu’Ennahdha tente d’«influencer certaines décisions», mais ce n’est pas forcément dans le but d’affaiblir le chef de l’Etat, car là pour le coup ce serait de la politique politicienne qu’il «n’aime pas», comme il déteste qu’on lui « marche sur les pieds». Ghannouchi est averti !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here