ARP : Samia Abbou s’exprime sur les motivations de sa grève de la faim ouverte

0

Tunisie-Tribune (Samia Abbou) – Du Palais du Bardo, siège de l’Assemblée des Représentants du Peuple à Tunis.

Suite aux événements survenus à l’ARP en date du 7 décembre 2020, choquants pour les tunisiens et les tunisiennes à l’intérieur et à l’extérieur du Parlement, par ailleurs considérés une tache noire dans son histoire, orchestrés par un groupe du bloc de la Coalition Al Karma, pratiquant délibérément des violences physiques contre les représentants d’un peuple dans lequel le sang coulait…

La violence physique était le point culminant d’une méthodologie dans laquelle ils sont passés d’une atteinte morale contre l’État civil à la division idéologique des tunisiens, à la menace de leurs opposants de «casser leur nez», jusqu’à empêcher les réunions des institutions du conseil, allant jusqu’à l’agression verbale terminée par les sévices physiques susmentionnés…

Compte tenu de la gravité de la question et de ses répercussions sur le travail au sein du Parlement et dans d’autres institutions étatiques, ainsi que sur l’image de la Tunisie, la Révolution, l’application de la culture de la gestion des différences par le billet du dialogue et la non-prise de mesures disciplinaires nécessaires par le Président de l’ARP, pour dissuader les auteurs de cette attaque flgrante et empêcher sa récurrence.

Compte tenu de ses pouvoirs, selon l’article n°48 du statut stipulant que : «Le président du Parlement veille au bon fonctionnement de tous les intérêts du conseil et a le droit de prendre les mesures nécessaires pour maintenir l’ordre et la sécurité dans et autour du Parlement».

Compte tenu de la symbolique de l’Assemblée des Représentants du Peuple en tant que plus haute autorité de l’État et de la gravité de l’influence de la violence et des brimades qui s’y produisent sur notre société, de la rue aux institutions éducatives, sanitaires, sportives et de sécurité…

Le Bloc Démocrate, avec le soutien de différents blocs et des députés indépendants, a demandé au Président de l’ARP de publier un communiqué condamnant la violence et ses auteurs. Suite à la procrastination, le gain de temps et le rejet, le Bloc Démocrate et certains représentants indépendants ont participé à un sit-in ouvert soutenu par des représentants de différents blocs, un groupe de la société civile et des organisations nationales extérieures au Conseil… Après avoir dépassé la période d’un mois et trois jours de sit-in dans le hall du Parlement, le Président  n’a fait aucune action ni pris aucune mesure contre les agresseurs, ce qui confirme son adhésion à la culture de la violence et à sa législation.

Sur la base de ce qui précède, moi, Samia Hammouda Abbou, députée :

J’entame une grève de la faim ouverte jusqu’à ce que le président de l’ARP assume ses responsabilités et publie un communiqué dénonçant la violence et ses auteurs.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here