Les catastrophes naturelles font payer un lourd tribut aux systèmes agroalimentaires (FAO)

0

Tunisie Tribune (FAO)- L’agriculture subit la majeure partie des pertes financières et des préjudices causés par les catastrophes dont la fréquence, l’intensité et la complexité n’ont cessé de croître, signale la FAO dans un nouveau rapport publié aujourd’hui. Jamais, les systèmes agroalimentaires n’ont été à ce point soumis à un éventail de périls nouveaux et sans précédent.

« Les répercussions des catastrophes sont omniprésentes et leur évaluation, et la connaissance de leur dynamique, réclament une action immédiate afin de pourvoir les réduire et les gérer sur un mode intégré et innovant. L’urgence et l’importance de cette démarche n’ont jamais été aussi grandes », a déclaré le Directeur général de la FAO, M. Qu Dongyu dans l’avant-propos au rapport.

« Les bouleversements entraînés par la Covid-19 pourraient grossir le nombre des familles et des collectivités plongées dans la détresse », a-t-il ajouté.

Selon le rapport, ces aléas n’ont pas pour seules conséquences des pertes en vies humaines: ils causent aussi l’anéantissement de moyens de subsistance agricoles et entraînent une cascade de conséquences économiques négatives au niveau des ménages, des collectivités, des pays et des régions, qui peuvent persister pendant des générations.

Le document indique que le nombre annuel de catastrophes est désormais plus de trois fois supérieur à celui des années 1970 et 1980. Sur les quatre secteurs que sont l’agriculture, l’industrie, le commerce et le tourisme, l’agriculture subit à elle seule une part disproportionnée de l’impact de ces catastrophes, soit 63%, les pays les moins avancés (PMA) et les pays à faible revenu et revenu intermédiaire étant les plus lourdement frappés par ces fléaux.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here