Kais Saïed voudrait confisquer les biens de 20 mille personnes !

0

Tunisie Tribune (biens de 20 mille personnes) – Ce n’est pas un gag, ni un « poisson d’avril », puisqu’on est en janvier de l’an 2022. Kais Saïed serait sur le point de déployer son ADM, l’arme de destruction massive de ce qui restait de l’entreprenariat tunisien après la liste des 114 confisqués de mars 2011, et les successives crises, sanitaire, économique et financière.

–          20.000 dirigeants, privés et publics, à confisquer ?

Citant des sources à La Kasbah, le magazine  Jeune Afrique rapportait dans son édition du 11 janvier 2022 et dans un article non signé, que « le chef de l’État tunisien s’apprête à demander des comptes à 20 000 responsables des sphères publiques et privées qui ont été en poste ces vingt dernières années durant la dernière décennie du régime Ben Ali, puis celle de la révolution, dès 2011. La liste, voulue par le président tunisien, a déjà été établie ». Saïed a toujours parlé d’une liste de 460 personnes qu’il accusait de « spolier l’argent du peuple. Il semblerait qu’il ait désormais élargi cette liste de ses pestiférés à deux mille personne parmi le gotha des entrepreneurs et des financiers du pays.

La même source affirme en effet pour J.A, que même « les hommes d’affaires ayant des créances accrochées (impayées auprès des banques) sont également concernés », que cette liste comprendrait « les PDG des banques publiques et privées, les responsables gouvernementaux étatiques, dont les ministres et les gouverneurs, mais aussi tous les grands noms du secteur privé. D’après la procédure envisagée par Kais Saïed, leurs avoirs seraient confisqués jusqu’à ce que chaque dossier soit examiné et que chacun apporte la preuve de son innocence ». La présidence de la République n’ayant toujours pas de service d’information, nous n’avons pas pu vérifier cette information.

Commentant cette information, un homme politique tunisien qui a requis l’anonymat, a dit à Africanmanager que c’est « incroyable … Je ne sais plus franchement. C’est tellement imprévisible ». Pour sa part, un banquier de la place qui riait dubitatif en apprenant la nouvelle, s’est montré sceptique quant à la véracité de la source rapportée par J.A.

–          Est-ce faisable ?

Il est vrai que l’information, si elle ne semble pas être cousue de fil blanc, est grosse tant son impact économique et social sera désastreux, même si elle doit plaire aux supporters de Kais Saïed. Les services n’ont toujours pas réagi pour infirmer l’information de J.A.

Il est cependant un fait que le chef de tout l’Etat tunisien qui n’a jamais porté les hommes d’affaires dans son cœur, et en a toujours parlé sur un ton accusateur de corruption, d’évasion fiscale, et de spoliation des biens du peuple. Il avait même pris à leur encontre et dès juillet 2021, des mesures de restriction de voyage avant de faire marche arrière, mais sans jamais oublier son projet de décret sur une réconciliation judiciaire, pour imposer son projet de reddition des comptes de toute la sphère tunisienne des affaires. Un projet qu’il imagine comme moyen de financement de l’infrastructure dans les régions les plus pauvres par les plus riches qui seront déterminés par une commission à nommer  par le président de la République.

On pourrait aussi douter qu’un chef de tout l’Etat, déjà engagé dans un bras de fer avec une justice récalcitrante à ses procédures, « un peu cavalière », pour rendre justice, puisse mettre à exécution cette ADM (Arme de destruction massive) de l’économie du pays. On rappelle, cependant, que la confiscation civile n’a pas besoin de décision judiciaire. Comme en 2011, du temps de Béji Caïed Essebssi, cette nouvelle confiscation pourrait se faire par simple décret présidentiel.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here