Le changement climatique menace l’accès à l’eau et à l’assainissement en Europe

0

Tunisie Tribune (Le changement climatique)- De l’insuffisance de l’approvisionnement en eau potable à la contamination par le débordement des eaux usées et aux épidémies dues à un traitement inapproprié des eaux usées, les risques existants du changement climatique pour l’eau, l’assainissement et l’hygiène dans la région paneuropéenne devraient augmenter de manière significative.

Cette mise en garde a été lancée par Commission économique des Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU) et le Bureau régional de l’Organisation mondiale de la Santé pour l’Europe (OMS/Europe) lors de discussions intergouvernementales tenues à Genève cette semaine.

Cela arrive à un moment crucial alors que les gouvernements se préparent pour la Conférences des Nations Unies sur le climat COP 27 (novembre 2022) et la Conférence des Nations Unies sur l’eau de 2023.

Bien que les initiatives d’adaptation liées à la gestion de l’eau soient incluses comme une priorité dans de nombreuses contributions déterminées au niveau national (CDN) et programmes d’action nationaux (PAN) dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat, les mécanismes de gouvernance et les méthodes d’intégration de l’eau et du climat sont absents, et l’interface de l’eau potable, l’assainissement et la santé ne sont pas pris en compte dans la plupart des cas.

Face à la montée des menaces, la 13e réunion du Groupe de travail sur l’eau et la santé dans le cadre du Protocole sur l’eau et la santé – guidé par un document d’information -, a discuté en particulier de la manière dont le renforcement des mesures concrètes des pays dans le cadre juridique du Protocole peut accroître résilience.

L’eau, l’assainissement et l’hygiène menacés dans tous les pays de la région

Les changements climatiques entraînent de graves conséquences pour les pays de toute la région européenne, allant des dommages aux infrastructures d’approvisionnement en eau et d’assainissement, à la dégradation des captages et de la qualité de l’eau de source, au déversement de déchets humains dans l’environnement, à la réduction de la disponibilité de l’eau et à la contamination des approvisionnements en eau en passant par le changement des besoins de consommation pour maintenir l’hydratation.

On estime qu’environ 35% de la superficie de l’Union européenne sera soumise à un stress hydrique élevé d’ici les années 2070, date à laquelle le nombre de personnes supplémentaires touchées (par rapport à 2007) devrait être de 16 à 44 millions. À l’échelle mondiale, chaque augmentation de température de 1 °C causée par le réchauffement climatique devrait entraîner une réduction de 20% des ressources en eau renouvelables et affecter 7% supplémentaires de la population.

La perte de services entraînera l’utilisation de sources d’eau insalubres ou l’incapacité de maintenir de bonnes pratiques d’hygiène. Les dommages aux systèmes d’assainissement entraîneront une exposition accrue aux agents pathogènes.

Ces impacts se font déjà sentir dans la région. La Hongrie, par exemple, a mis en garde contre des coûts opérationnels supplémentaires importants pour le traitement des eaux usées en raison de l’augmentation de la demande d’énergie de pompage et de la perturbation des stations d’épuration. Les Pays-Bas ont relevé des défis pour assurer l’approvisionnement en eau, tout comme l’Espagne pour maintenir un approvisionnement minimum en eau potable en période de sécheresse.

Les impacts climatiques sur les services d’eau et d’assainissement exacerbent encore les défis du respect des droits à l’eau potable et à l’assainissement pour tous, ce qui est loin d’être une réalité aujourd’hui dans la région paneuropéenne : plus de 16 millions de personnes n’ont toujours pas accès à l’eau potable de base et plus de 31 millions de personnes ont besoin d’un assainissement de base.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here