Tout l’espoir de Boeing repose sur cet avion

0

Tunisie Tribune (Boeing) – Il a beau avoir 20 ans d’âge, il sera la nouvelle vitrine technologique de Boeing. Un avion-laboratoire qui reprendra du service pour six mois d’essais.

Le Boeing 777 fait partie des best-seller de Boeing, après les populaires 737 et 747. L’avion long-courrier, l’un des plus sûrs du marché, connaît une longue carrière. Si sa dernière version, le 777X, en est à sa phase initiale de production, l’un de ses premiers exemplaires d’il y a vingt ans va reprendre du service pour une mission très spéciale.

Il vient d’intégrer le programme “ecoDemonstrator” et sera le nouvel avion sur lequel Boeing reposera tout son espoir. Après une carrière en tant qu’avion commercial, il rejoint aujourd’hui le programme de l’avionneur pour tester les technologies de demain. Après les tests en laboratoires et par ordinateur, les nouvelles avancées de Boeing passeront de la simulation à la réalité via cet avion.

Au fil des ans, de nombreux appareils ont été utilisés pour ces missions grandeur nature. De multiples exemplaires en provenance de plusieurs compagnies comme Emirates, FedEx, Alaska Airlines. Le programme fête actuellement son dixième anniversaire et le Boeing 777-200ER actuel remplacera un autre 777. En tout, plus de 160 nouvelles technologies ont déjà été testées.

Au programme, l’appareil suivra pendant six mois une série de vols pour tester de nouvelles solutions de biocarburant, de nouvelles solutions de réduction de bruit ou encore de matériaux durables, comme le relayaient Capital. Boeing opère sur plusieurs chantiers pour son avenir et un volet comprend aussi, en toute logique, le renforcement de la sécurité et de l’expérience des passagers. En tout, 30 projets seront testés par cet exemplaire de 777.

Pour sa décarbonisation, la firme américaine planche pour une neutralité carbone d’ici 2050. Le transport aérien contribue à hauteur de 2 à 3 % des émissions mondiales de dioxyde de carbone, et très gros émetteur de dioxyde d’azote (gaz à effet de serre) aussi.

Chez Airbus, la même chose sur A380

Que ce soit Boeing ou Airbus, les deux avionneurs de référence pratiquent des essais de nouvelles technologies pour préparer l’avion de demain. Chez Airbus, en Europe, les mêmes tests sont surtout effectués par un A380, le plus gros avion de ligne civil au monde. Au mois de mars, le géant du ciel reprenait du service pour une série de vols de test avec un réacteur fonctionnant au carburant d’aviation durable (SAF), comprenez par là un mélange composé… d’huile de cuisson usagée (produit par TotalEnergies à côté du Havre en Normandie).

Entre Toulouse et Nice, l’appareil avait effectué un vol complet avec cette solution à bord de l’un de ses quatre réacteurs, et la mission avait été un succès. Au sein de sa flotte d’appareils de test, Airbus possède aussi un A319neo et un A350.

Le but avec son nouveau carburant SAF, pouvoir arriver à l’utiliser à grande échelle sur tous ses nouveaux appareils à l’horizon 2030. Avec ses tests grandeur nature, Airbus se félicitait d’avancer plus rapidement son projet. “*Ce faisant, nous générerons une mine de données qui nous aideront à compléter les programmes de recherche actuellement en cours”*, disait François Pfindel, responsable du programme avec l’A380 de test.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here