Programme «Incorpora» en Tunisie : Bilan encourageant de la première année

0

Tunisie-Tribune ( Incorpora ) – Consciente de l’importance de l’engagement RSE, la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) a lancé plusieurs initiatives s’inscrivant dans une démarche pour une économie responsable. A Barcelone, le 24 mars 2017, un accord de partenariat a été signé avec la prestigieuse Banque Espagnole «la Caixa» et l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) pour l’introduction du programme d’intégration socioprofessionnelle Incorpora en Tunisie.

Destiné à favoriser l’embauche des personnes en situation de vulnérabilité, soit principalement des femmes et des jeunes en risque d’exclusion, le lancement officiel a été donné dep­uis le 18 octobre 2017. Le programme offre une prise en charge personnalisée et intégrale, englobant formation, accompagnement et suivi des bénéficiaires dans le but d’assurer une intégration professionnelle et sociale satisfaisante pour tous.

En fonctionnement dep­uis plus de dix ans en Espagne, Incorpora a facilité l’accès à plus de 28 000 postes de travail à des personnes en situation d’exclusion en 2016. La collaboration entre le secteur social et le secteur entrepreneurial a été possible grâce à 382 organisations, qui sont chargées de développer le projet dans toutes les provinces espagnoles via 756 agents d’insertion professionnelle. Par ailleurs, 9 000 entreprises se sont engagées dans ce projet de responsabilité sociale.

Devenu un référent dans le domaine de l’intégration professionnelle en Espagne, le modèle «Incorpora» a déjà été exporté au Maroc, en Hongrie et en Pologne.

En Tunisie, la première phase du programme (Octobre 2017 – Juillet 2018) sur la région du Grand Tunis a consisté en la mise en place d’une méthodologie pour explorer d’un côté les modalités concrètes d’accès à la formation et au monde de travail au profit des populations en situation vulnérable ou en risque d’exclusion sociale et, d’un autre côté, de dé­terminer les différentes démarches de prospection auprès d’entrepri­ses qui pourraient faciliter le processus d’insertion professionnelle de ces populations. Ainsi l’OIM, organis­me des Nations Unies chargé des migrations en Tunisie et responsable de la mise en œuvre du programme a collaboré avec 4 partenaires sociaux locaux très actifs dans le renforcement de l’employabilité des personnes vulnérables, chacun selon son mandat : l’association «Amal» qui œuvre pour l’aide à l’autonomie et à la réinsertion socio-professionnelle des mères et pour le soutien et l’accompagnement des enfants des quartiers défavorisés, l’association «Ibsar» qui travaille pour la capacitation des personnes mal et non voyantes, l’association «Campagne» pour le développement économique et social local et l’Organisation Tunisienne de Défense des Droits des Personnes Handicapées (OTDDPH) qui vise à garantir et à défendre les droits des personnes handicapées en Tunisie.

Un bilan a été réalisé afin d’évaluer cette première phase du programme. Il a ainsi permis l’accompagnement de 485 personnes et placé plus de 102, grâce au soutien de quatre entités sociales et à la collaboration de 354 entreprises tunisiennes. Les chiffres encourageants ont permis à la CDC et ses partenaires de poursuivre le programme sur une deuxième phase allant jusqu’au 31 décembre 2018.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here