Biodiversité : l’UNESCO désigne 20 nouvelles réserves de biosphère

0

Tunisie Tribune (20 nouvelles réserves de biosphère)- Le Programme sur l’Homme et la biosphère de l’UNESCO a ajouté cette semaine 20 nouveaux sites, situés dans 21 pays, au Réseau mondial de réserves de biosphère, y compris en Martinique et en Moselle, en France.

Le réseau compte désormais 727 réserves de biosphère, dont 22 sites transfrontaliers, dans 131 pays.

Les réserves de biosphère de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), où se conjuguent conservation de la biodiversité, éducation environnementale et recherche et développement durable, couvrent désormais plus de 5% de la surface terrestre, a précisé l’UNESCO dans un communiqué de presse.

Le Conseil international de coordination du Programme sur l’Homme et la biosphère de l’UNESCO (CIC-MAB), réuni à Abuja du 13 au 17 septembre (pour la première fois sur le continent africain), a approuvé ces ajouts ainsi que l’extension ou la modification du zonage de deux réserves de biosphère existantes. Le programme MAB fête ses 50 ans en 2021.

L’Arabie saoudite, le Lesotho et la Libye rejoignent cette année le réseau MAB avec la désignation de leurs premiers sites : respectivement les réserves de biosphère des Juzur Farasan, de Matšeng et d’Ashaafean. En Europe, la réserve de biosphère Mur-Drave-Danube commune à cinq pays devient le premier site MAB cogéré par autant de pays (Autriche, Croatie, Hongrie, Serbie, Slovénie).

« L’UNESCO accompagnera les pays pour réaliser l’objectif d’atteindre le seuil de 30% de zones protégées en 2030. Et cela commence ici, avec ces nouvelles réserves qui rejoignent le programme MAB. L’éducation à l’environnement est également essentielle pour reconstruire notre relation avec la nature, de la petite enfance aux programmes de recherche sur la biodiversité, et l’UNESCO se mobilise pour que l’environnement devienne un élément clé des programmes scolaires d’ici à 2025 », a déclaré Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here